VAMPIRES' KINGDOM
Bienvenue sur Vampire's Kindgom.

Nous vous invitons à lire le contexte et vous informons de la répartition des personnages sur le forum :

Vampires : 24
Esclaves : 21
Résidents : 2
Affranchis : 5
Dévots : 10


Vous avez les cartes en main pour faire le personnage de votre choix.

A bientôt.


.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexionPortail

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Partagez

Viktor Bergstein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
En ligne
Viktor Bergstein
avatar
Date d'inscription : 19/11/2018
Messages : 5
Célébrité : Brock O'hurn
MessageSujet: Viktor Bergstein Lun 19 Nov 2018 - 18:10



Viktor Bergstein


Vous savez ce que l'on gagne à vouloir veiller sur quelqu'un qui n'en vaut pas la peine ? Souffrance et colère


Nom : Bergstein. Il a repris le nom de son "père". Hagen de naissance humaine
Prénom : Viktor
Date de naissance humaine : 16/12/1972
Date de naissance vampirique : 2000
Age vampirique : 28
Situation familiale : Célibataire, plus aucune famille.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Particularités : Diverses marques et cicatrices, affres de la vie d'un combattant professionnel.
Qualités : Sens de l'honneur ○ Droit dans ses pompes ○ Instinctif ○ Efficace ○ Dominateur
Défauts : Brutal ○ Intransigeant ○ Violent ○ Bagarreur ○ Assoiffé
Groupe : Vampires
Puissance choisie : ○ Royaume
Avatar : Brock O'Hurn

Vos pouvoirs
Le pouvoir hérité de son "père" -copié de la dite fiche- :

Heinart possède le pouvoir des liens, il peut enchaîner une personne, une émotion, une pensée, le tout à ce qu'il désire. Une personne peut se retrouver incapable de quitter un certain endroit, une autre qui était un moment en colère contre sa femme n'est plus capable d'arrêter d'être en colère et ainsi de suite. Il n'y a pas de limite de temps, une fois enchaîné seule sa mort pourra les libérer.

Sa limite, pour lier une chose il faut qu'elle existe, comme des chaînes il faut que les deux points existent. Il est capable de les défaire, mais lorsqu'il utilise trop souvent son pouvoir sur une personne, les chaînes peuvent s'emmêler et il devient alors de plus en plus dur pour lui de les retirer.

-----------------------------------

Bien entendu, sa jeunesse ne lui permet pas une utilisation aussi complète et conséquente que celle de son sire. Son pouvoir se voit bien plus facilement atténué si il est utilisé à distance, ce qui l'oblige à venir au contact de ses "adversaires". Bien qu'un contact prolongé puisse lui permettre de se faire plus... Sinueux et efficace.


Caractère


Si un seul terme pouvait définir Viktor, ce serait l’instinct. De son vivant, en tant qu’humain, il était quelqu’un de très protecteur voir même particulièrement gentil. Il aimait les gens et n’hésitait en rien à se mettre en danger pour les protéger. Il détestait l’injustice et se servait de sa violence et de sa force pour faire en sorte que tout demeure à sa juste place. Puis… Heinart lui à ouvert les yeux. Il lui à montré que cette humanité n’était rien d’autre qu’un ample tas d’immondice. Il l’a forcé à ouvrir les yeux et une fois fait, son comportement s’est vu changé. Son côté protecteur s’est noirci afin de ne devenir que simple brutalité. Il ne cherche plus de raisons de combattre ou de faire ce qu’il désire. Il se contente de le faire, tout simplement. Si vous vous présentez à lui en lui offrant la possibilité d’un bon défi, il se fera un plaisir de tout faire pour ravager votre petite gueule. Il manque cruellement d’expérience en tant que vampire, mais il sait qu’il est doué et pour ça, il ne se ménage en rien. Il se voit forcé à faire un immense travail sur lui-même pour ne pas « casser » les jouets de quelqu’un d’autre, ce qui peut s’avérer particulièrement difficile dans la mesure où… il est jeune. Que ce soit par la faim ou un quelconque sentiment incontrôlé, il peut lui arriver de déraper et de commettre des erreurs. Ne le sous-estimez donc pas à cause de son « jeune âge ». Même s’il à tendance à réagir à la force de ses poings avant toute autre choses, il n’est pas non plus le genre de type à frapper aveuglément. Il est capable de stratégie et sait ou taper pour mettre son adversaire à genoux.

Il s’efforce donc de demeurer quelqu’un de droit et de respectable. Bien entendu, me direz-vous, même les plus gros trous du cul peuvent posséder un sens de l’honneur et… c’est vrai. Peut être certains ne pourraient d’ailleurs que le caractériser ainsi dans la mesure ou il n’accorde ces valeurs qu’aux personnes qu’il respecte. Il n’est pas fourbe ou injustement brutal. S’il aime cogner le premier ? Il aime cogner, tout simplement, et ne se demandera pas si il doit attendre ou non. Il cognera quand il l’estimera nécessaire mais bien qu’il puisse en avoir une envie cruelle, il le fera rarement sans pouvoir en offrir une bonne explication derrière.

Se retrouver confronté à la réalité, à la faiblesse des hommes, a fini par le pousser a détester cette même faiblesse. Se retrouver face à un être qu’il estime faible le poussera à le détruire. S’il n’est pas capable de faire face à son adversaire, il n’a donc qu’à crever, tout simplement. Un être fort, en revanche, ne pourra que le pousser au respect. Obtenir son amitié n’est pas impossible, mais il faut la mériter selon ses propres critères. S’il en vient à se faire battre par quelqu’un de plus fort que lui ? Rien de plus simple : Il s’entraînera d’autant plus dur. Il se renforcera par tous les moyens possibles car c’est ainsi qu’il a toujours connu sa vie. Il reviendra ensuite, tout simplement, défier à nouveau son adversaire.

Particulièrement dur avec lui-même, il a tendance à imposer à cette même dureté à ceux qui lui sont proches. Plus jeunes, plus vieux, quelle importance ? Il aime que les choses soient justement rodées. Sans être maniaque sur la position des choses, il l’est sans doute sur ses propres valeurs. Il n’arrive jamais en retard, il s’efforce de se contenir au possible pour ne pas en faire de trop là ou il doit se montrer mesuré… Si vous lui donnez un objectif, vous pouvez être sur qu’il fera tout son possible pour que vous obteniez EXACTEMENT ce que vous souhaitiez. Ni plus ni moins. Sauf si il vous connaît bien et qu’il sait quel genre de petit « extra » saurait vous faire plaisir.

Vous l’aurez cependant compris, il y a une différence entre ce qu’il souhaite et ce qu’il peut faire. Il est torturé, d’une certaine façon, par ses nouveaux appétits et plaisirs. Si la personne que vous lui demandez de vous ramener est particulièrement faible à ses yeux, il aura énormément de mal à vous la ramener entière, même si vous l’avez demandé. Si vous lui demandez de laisser tout le monde en vie mais que la fantaisie lui prend… Il ne cherchera pas à dissimuler leurs cadavres ou à trouver une raison pour expliquer leur fuite par ce geste. Il est encore instable sur beaucoup de points. Peut être, simplement, car certaines situations lui rappellent encore trop durement ce qu’il fut, de son vivant et ce qui l’a mené à devenir ce qu’il est ? Ce point possède en soi de nombreux effets secondaires qu’il juge indésirables, bien qu’il puisse y prendre son pied. Si par exemple il croise dans la rue une femme qui ressemble un peu trop à l’une de celles qu’il a connu dans sa vie, il pourrait en venir, sans réfléchir plus loin, à la cogner jusqu’à ce qu’elle soit presque morte. Il ne voit, derrière tout ça, aucune raison à profiter pleinement de son existence. Si l’être en face de lui, qu’il vient de cogner, n’est que du bétail à ses yeux… alors il la prendra simplement avant de la laisser pour morte. Si elle y survit, peut être deviendra t-elle respectable à ses yeux ?

Avec ses proches, hormis son côté "rigide", il n'est pas particulièrement asocial ou difficile à vivre. Il lui faudra sans doute trouver quelqu'un pour l'accompagner de façon à retrouver des hobbys un peu différents que ceux qu'il possède lorsqu'il est seul mais en soi, il pourrait s'avérer être un ami loyal et efficace. Loin d'être demeuré, il peut s'avérer être de bon conseil/de bonne conversation.


Physique


Viktor est ce que l’on appelle communément une « armoire à glace ». Ancien combattant mixte de la catégorie des poids lourds, il fera sans doute éternellement honneur à ce qu’il fut. Du haut de ses deux mètres un précisément pour environ cent quinze kg de muscle bien montés, il trouvera sans doute étrange de ne plus avoir à se soumettre à son entrainement intensif et régulier chaque jour pour maintenir sa forme olympique. Sans parler de ses repas. Plus besoin de surveiller sa prise de poids… Si c’est pas beau !

Ses cheveux sont soit lâchés soit attachés dans une sorte de Bun masculin. Il aime à présenter les choses simplement et là encore, c’est sans doute un avantage de ne plus avoir à surpasser leur entretien pour en garder l’aspect presque surnaturel. Ouais, il est un homme ayant accordé beaucoup d’importance à l’aspect de ses cheveux et de sa barbe de son vivant. Maintenant moins mais… quelle importance, finalement, vu qu’ils sont condamnés à rester tels qu’ils sont ?

Ses yeux, d’un bleu presque glacier, lui offrent ce que l’on pourrait appeler « le digne regard d’un homme du nord ». Originaire d’Asker, en Norvège, c’est sans doute là quelque chose d’on ne peut plus normal. Musclé à la façon d’un bodybuilder, le tout n’en reste pas pour autant le simple résultat d’une pure gonflette. Non. Il aura, toute sa vie, travaillé autant l’apparence que le résultat. Peut être, sans qu’il ne cherche à se l’avouer, courrait-il déjà après cet idéal de force qu’il ne cesse de mettre en avant aujourd’hui ? Quoi qu’il en soit, il est indéniable que de son vivant, il demeurait assez populaire et il possédait déjà un réseau de fans assez solides. Que ce soit pour la puissance de sa droite,  son allure ou tout simplement ses valeurs.

A le croiser simplement, vous verrez en lui ce que vous pourrez voir chez un homme « viril ». Il n’est pas le genre à s’afficher inutilement. Si son aspect doit l’aider à passer une soirée agréable, il ne s’en plaindra pas. Hormis pris en plein jeu avec ses proches, à rouler des mécaniques ou n’importe quoi de ce genre, il préférera amplement s’imposer de façon simple pour faire entendre son point de vue, plutôt que de faire faussement le fier. La brutalité qu’il dégage aide sans doute à calmer toutes sortes d’ardeurs, cela dit. Il est tout à fait capable de planter son regard dans le votre pour vous faire comprendre que vous transformer en crêpe ne fera rien d’autre que lui apporter un grand plaisir.

crackle bones




Derrière l'écran
Pseudo : Angrimmer
Âge : 25
Mots de passe du règlement :
Fréquence de connexion : 7j/7
Inventé ou scénario : Inventé
Commentaires : Whiskey ... euh, zut. C'est Heinart qui m'a rameuté ! J'aime pas les fiches de présentation, aussi >.>
Voulez-vous être parrainé ? : Sans façon
crackle bones


Dernière édition par Viktor Bergstein le Dim 16 Déc 2018 - 10:50, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Viktor Bergstein
avatar
Date d'inscription : 19/11/2018
Messages : 5
Célébrité : Brock O'hurn
MessageSujet: Re: Viktor Bergstein Lun 19 Nov 2018 - 18:10



Histoire




[Pour la précision, cette situation est tirée d’un instant assez… cocasse. Pour me tester, mon « Sire » m’a envoyé, il n’y à pas si longtemps, mettre un terme aux agissements d’une bande de larves. A force de les entendre me rabaisser, tel le nouveau né insignifiant que je suis, je me suis senti obligé de leur offrir une leçon. A cet instant précis, donc, je me trouvais face à eux, tous assis, joyeusement rossés, sur des chaises… A profiter du spectacle. Pour le bien de cet instant, je vous invite à l’imaginer accompagné du son d’os se brisant sous l’impact de mes poings, et des cris des larves les accompagnants]

On fait souvent le grand récit de vies épiques, de moments si intenses qu’ils en deviennent souvent risibles. Certains êtres de ce monde, et je n’en ai pris la consistance que très récemment, possèdent des vies si surprenantes qu’elles en sont presque incroyables. Et pourtant, très peu d’entre eux ne possèdent réellement l’ambition de s’en servir convenablement. Alors oui, qu’est-ce qu’une utilisation convenable d’un tel pouvoir ? Passer son temps à faire couler le sang, tel une brute vorace, afin d’en tirer satisfaction, renom et pouvoir ? Flouer la nature même pour pouvoir présenter sa toute puissance ? Manipuler, contrôler et jouer des êtres inférieurs ? Vous les voyez, se baigner dans leur situation, se baigner dans un cocon de confort et de cul, tel de simples imbéciles en quête d’une prochaine orgie et ce qu’elle soit de sang ou de sexe. Si je devais vous parler franchement, je dirais que les « forts » de ce monde ne valent pour leur majorité pas tant que les « faibles » qu’ils dominent. Tout ça car ils ont eu la « chance » de se voir mordus et transformés. Alors ouais, vous me direz bien que c’est aussi mon cas, Je vois d’ailleurs assez bien le genre de questions que vous devez bien vous poser. « Qui suis-je pour parler ? », « Est-ce que je vaux mieux ? » Allez savoir. Peut-être aurez-vous une réponse, une fois arrivé au bout de cette « Conversation ».

Je suis né à Bergen, en Norvège. On peut dire que je suis issu du sang des premiers envahisseurs du nord. A juste mesure, si vous vous demandiez l’origine de ma brutalité. Mais je ne suis pas là pour me jeter des fleurs, ce n’est pas réellement mon genre. Plus maintenant. Avant, j’aimais ça. C’est drôle de voir comme un être peut changer en l’espace de quelques minutes seulement. Ou devrais-je dire quelques secondes ? Il y à, à un moment précis… un déclic. Et tout change, comme si ce qui était avant n’était qu’un large et ample mensonge. Gamin, donc, j’étais ce genre de minot qui rosse l’imbécile en train de voler un goûter. Qui ridiculise la brute à grand coups de poings. D’une certaine façon, on peut dire que j’étais « la bonne brute », vous savez, cette brute qui s’efforce de suivre un certain… « Schéma ». Une ligne de conduite et de principes qui, même simples, demeurent diablement efficaces. J’aimais ça, être le gars qui sortait du lot, qu’on appréciait voir acclamait. Ce gamin que les imbéciles fuyaient par peur de subir le courroux. L’être à abattre. Le centre de l’attention. Avec l’âge, j’ai pris un peu plus de poils, encore. J’ai appris à causer aux dames, ce qui finissait souvent en bonnes soirées. En fait, j’aurais tendance à vous rejoindre sur un point : L’humanité est une cause perdue. Leurs mots n’ont aucun sens. Ils se targuent d’être grands, beaux et forts alors qu’ils ne cessent eux mêmes de se contredire et de s’entre déchirer pour un oui ou pour un non. Ils courent après des objectifs trop grands pour eux et finissent bêtement par se brûler les ailes. Cela dit… en ce temps là, sans doute pensais-je de façon encore trop similaire pour pouvoir m’avancer comme différent. J’étais fort, je le savais et je n’accordais que peu d’importance au reste. Mes études, j’ai fini par les lâcher en cours de route et je me suis rapidement jeté dans le monde du travail. Mon boulot ? Me servir de cette violence. A seize ans, je me suis engagé, avec l’accord signé de ma petite famille. J’ai pris environ trois ans après lesquels, j’ai choisi de changer de voie. C’est pas que l’armée ne me plaisait pas, hein. Non… rien d’aussi unanime. L’idée de former une grande famille soudée et unie, ce genre de conneries, ça me plaisait bien en ce temps là. J’étais sportif, robuste et je savais obéir et encaisser. Finalement, ma présence ici le démontre bien et vous dire que je suis insatisfait à suivre les ordres d’Heinart serait vous mentir. J’étais simplement un humain. Et les humains possèdent de nombreux défauts. Leur amour pour une liberté aveugle, finalement. Prenez… N’importe qui. Vous avez une bonne culture ? Il suffit de regarder les œuvres qui nous sont servies actuellement… ou qui l’étaient avant la grande guerre. On nous sert des héros stupides, qui ne pensaient qu’à avancer selon leurs propres désirs. Ils voient le monde comme un immense terrain de jeu et désirent n’être qu’une futile parodie du vent afin d’agir selon leur bon vouloir…. Conneries. A trop courir après des rêves irréalisables, on finit par se rendre compte d’une chose : On se retrouve souvent seul. Ceux qui ne tiennent pas jusqu’à l’être réellement finissent entourés par des êtres aussi stupides, ne se rendant même pas compte que leur « vent » s’est transformé en communauté. Ou qu’ils suivent eux mêmes la force de ce vent nouveau. En somme, que leur liberté a été troquée par un tout plus solide. Voilà, ce qu’est l’humanité. L’humanité, c’est l’art de se fourvoyer. Et ouais… je me suis moi-même pleinement fourvoyé et ce à plus d’une reprise.

La première, je m’en souviens pleinement, fut-celle à l’origine de mon départ de l’armée. Après tout, pourquoi aurais-je quitté un milieu que je trouvais complaisant, si rien ne m’y avait poussé ? Bien entendu, outre ma stupide humanité, me poussant à surpasser et surclasser les autres sans accepter de faire partie d’une chaîne de commandement précise y a participé. Je me voyais en haut mais… je n’avais pas la patience d’attendre. Je voulais retrouver cette gloire, cette appréciation. Le fait de voir les faibles s’amasser autour de moi pour jubiler au son des os craquant sous mes poings. J’aimais combattre. Même si je n’avais pas ce truc… ce petit truc brisé que j’ai aujourd’hui, et qui me permet de le dire avec autant d’honnêteté. Enfin. J’ai toujours placé la vie humaine avant le reste. J’ai toujours voulu protéger les plus faibles. Vous imaginez donc que le jour ou je suis tombé dans une situation ou l’on m’a forcé à accepter un « juste » sacrifice… j’en suis venu à fuir la queue entre les jambes. Mon unité avait été envoyée en soutien aux alliés pour mener une quelconque guerre. Faut savoir que la Norvège à toujours été un pays relativement « calme ». Il ne prenait plus part à une réelle guerre depuis longtemps et ses batailles étaient généralement celles qui étaient utiles. En somme, « aider nos alliés pour garder nos avantages. » J’ai été aux premières loges pour voir la vérité. Celle qui se trouve derrière le masque. La grande famille, la fraternité, faire couler le sang ennemi ensemble, protéger le peuple… tout ça. Ce sont des choses relatives. En fait, je n’ai pas eu besoin d’un événement particulier pour me rendre compte que ce milieu ne me convenait pas plus que ça. Toutes les raisons que je viens de vous citer sont de bonnes bases bien suffisantes. Je pense, cela dit, que ce qui m’a le plus convaincu fut de voir que même là, ceux qui possédaient le pouvoir ne valaient pas plus que ceux de leur propre système dirigeant. L’ironie et l’impuissance au fait d’y changer quoi que ce soit. J’ai donc fini par me tourner vers une voie ou j’aurais voix au chapitre. Une voie ou j’excellais. Et vous ne pouvez que vous douter qu’un jeune ex-militaire ne pouvait qu’y être le bienvenu : Le combat.

Ouais, j’ai commencé dans des petits taudis miteux. Si vous vous demandez comment j’ai fini là dedans, je vous dirais simplement que c’était grâce à un ancien collègue de l’armée. Celui-ci venait dans ce genre de bouges pour arrondir ses fins de mois. A l’origine, je ne pensais pas non plus que ça deviendrait mon gagne pain, mais j’ai très vite été repéré par les instances officielles du milieu. Comptez deux ans. C’est le temps qu’il m’a fallu pour percer. Le temps de combler mes lacunes techniques, de m’habituer à la cage pour ne plus y laisser que la bête qui sommeillait en moi… Ce genre de conneries. Deux ans, c’est le temps qu’il m’a fallu pour sortir naturellement du lot. Si déjà je prenais mon pied à ma situation, je vous laisse imaginer ce que la popularité a apporté. Savez-vous ce que c’est, que d’être réellement adulé ? Non pas car votre puissance ou votre domination aveugle a obligé les gens à vous aimer… mais car vous avez la puissance de leur apporter ce qu’ils demandent et qu’ils vous aiment pour ça ? Il s’avère donc, face à toute ironie, que faire ce qui me plaisait le plus m’a permis d’avoir un nom. Si les plus moqueurs m’appelaient le « Distributeur », car chaque coup porté était une de bon service, les plus sérieux m’appelaient « Hagen, Le dominateur ». Car comme ici ce soir, j’ai toujours pris un malin plaisir à m’élever au dessus de ceux qui me faisaient face et, comme cet instant doit le rappeler, j’ai toujours aimé le faire savoir. J’étais comme un lion dans sa cage. Bien sûr, j’ai perdu des combats, comme tout le monde. Mais ces défaites n’étaient qu’un instant, un instant pour me permettre d’aller plus haut. Lorsque je sortais dans la rue, il y avait toujours des gens pour me reconnaître. C’est d’ailleurs parti de là, que ma réelle « célébrité » a commencé. Un type est venu me voir, et m’a dit que mon nom pourrait devenir encore plus grand, si j’acceptais de prêter mon image à divers magasines connus. Je l’avais déjà fait pour des magasines spécialisés, mais de la mode. J’ai tellement ri, sur le coup, qu’il ne savait plus où se mettre. Mais je me suis prêté au jeu. Simplement pour constater et m’amuser. Je le pouvais ! Pourquoi aurais-je du m’en priver ? Ainsi donc, je me suis rendu compte à quel point je m’étais fourvoyé, une seconde fois.

Je me servais de cette notoriété, vous savez ? Je donnais de mon argent pour des causes que j’estimais nobles, je calmais les petites frappes, je passais des messages ici et là pour pousser les autres au respect et à l’entente. Moi-même, malgré ma brutalité dans la cage, je faisais en sorte de demeurer respectable. J’avais, réellement, ma voix au chapitre et une réelle communauté derrière moi pour les écouter et les suivre. Et de temps en temps, je rentrais au bercail. Je vérifiais que ma famille utilisait bien l’argent que je leur envoyais, je vérifiais que tout allait pour le mieux et je prenais le temps de me reposer un peu. De voir de vieux amis… Ce genre de conneries. C’est là, d’ailleurs, que tout à finalement changé. Je ne sais pas vraiment pourquoi il était là. Je ne sais pas vraiment pourquoi ses troupes ont débarqué dans cette petite bourgade côtière. Mais ce que je sais, c’est que les ravages qu’elle a causé étaient monstrueux. J’ai donc pris les rennes, rassemblé ceux en état de combattre et me suis servi de ma maigre formation militaire pour former une ligne de défense à ceux qui ne pouvaient combattre, afin de leur permettre de fuir. Femmes et enfants pourraient bien reconstruire ailleurs. Nous en sommes tous convenus. Ainsi à commencé une âpre et rude bataille. Une bataille opposant des « faibles » à des « forts ».  Croyez le ou non, mais j’aime à penser que notre petit groupe de fortune, bricolé à la va vite, a plutôt bien tenu. Ils étaient plus nombreux, donc vous dire que la quantité de tripes qui s'est le mieux répandue était la leur serait sans doute inutile… mais on a tenu assez longtemps pour permettre aux autres de se tirer assez loin. J’ai donc fini par être le dernier debout et je fus, de là, mené aux pieds de leur « seigneur ». Pour être franc, tout ce qu’il à pu me dire à ce moment précis, je m’en foutais pas mal. Ce n’était qu’un trou du cul qui avait attaqué ma bourgade. Des gens innocents, et potentiellement bons. Il m’a donc lancé un « pari ». Il m’a parié qu’eux ne valaient pas mieux que les autres, avant de me forcer à les prendre en chasse. On peut dire que j’étais un peu rouillé. Neuf années de pure brutalité derrière une formation tactique assez standard. Vous imaginez sans doute que de m’ordonner de retrouver un groupe « rapidement » et « par tous les moyens » ne rimait que trop avec… « Dans une traînée de sang ». Comme si je n’avais pas eu assez de tous ces bains de sang, car on ne peut pas dire que leur arrivée ce soit faite dans la plus grande des subtilités… j’ai traqué. J’ai tué, j’ai massacré et même torturé. Le problème, avec les bains de sang, c’est qu’on en apprend vite la couleur… aussi proprement qu’ils soient prodigués. Lorsque j’ai fini par remonter la piste de ceux qui furent mes amis…  je me suis retrouvé face à un groupe ayant choisi de me dénigrer pour ces actes plutôt que de me saluer pour tout ce que j’avais accompli par le passé. Oui, ces gens qui m’acclamaient jadis m’ont insulté, rabaissé et rejeté… simplement car j’avais fait ce que je devais faire. Ce que j’avais été forcé à faire. Ironiquement, Heinart ne m’a qu’ordonner de les retrouver. Le choix de ce que j’allais faire d’eux était le mien. Et c’est sur cette troisième et non moindre désillusion que j’ai choisi de me tourner vers les ténèbres. J’ai passé mon autre vie à combattre autant pour mon plaisir que pour être capable d’avoir une voix au chapitre. De pouvoir aider, relever, redresser et oui, protéger. Et c’est ainsi que ces gens me remerciaient ? Je les ai offerts à Heinart et je suis devenu le fils Bergstein.

La suite, vous pouvez l’imaginer. La transformation fut rude et difficile et j’ai sans doute raté la grande partie des joyeux bains de sang qui se sont offerts de là, Heinart ne me sortant que pour assouvir, de temps en temps, mes pulsions les plus sauvages jusqu’à ce que je parvienne à avoir assez de maîtrise de moi-même pour redevenir efficace. Peut être est-ce ça, qui l’a poussé à me transformer ? Mon efficacité, ma brutalité… ? Qu’en sais-je, finalement ? Après tout, je découvre à peine ce monde dominé par des êtres dont j’ignorais encore jusqu’à l’existence il y a peu.  Je n’ai jusque là eu que très peu l’occasion d’en rencontrer de nouveaux. Certains se rappellent de qui fut Viktor Hagen et de là, je n’ai jamais eu à rechigner de cet avantage. Sans doute est-ce là le meilleur avantage à ma jeunesse. J’ai été connu et respecté il n’y à pas si longtemps. Il suffit que je débarque à la gare, et que le guichetier soit un de mes « fans », pour que je parvienne à m’en tirer avec une ristourne. Et ce n’est qu’un maigre exemple. Les femmes se laissent facilement séduire par une brute à la belle gueule. Surtout lorsqu’elles l’ont déjà vu faire couler le sang. Combien de bons repas m’en suis-je offert ? Et pas que de repas, d’ailleurs. Vous voyez ou j’veux en venir, hm ? Ce que je sais, finalement, c’est que j’en suis finalement arrivé à troquer pas mal de choses de ce que j’étais contre des nouvelles, bien plus saines et amusantes. Fini de protéger le faible oisillon incapable de faire son affaire seul. Fini de couvrir les arrières d’une bande d’imbéciles trop arrogants pour se rendre compte de leur propre stupidité. Fini de garder un œil sur les autres. Que les faibles crèvent dans leur fange. Moi, Viktor Bergstein, suis bien différent de celui qui fut nommé « Hagen » dans une famille bien trop miteuse. J’ai été faible. Faible et inconscient et j’en ai payé le prix fort. Je vais vous écraser. Vous et bien d’autres, jusqu’à ce que mon nom soit vu et reconnu parmi tous. Je vais faire craquer vos os et m’en servir de cure dent. Vous vider de votre sang comme de vulgaires gorets sous le regard amusé de mon « père ». Je vais montrer à ce monde qu’il n’est jamais bon de se reposer sur des lauriers, qu’ils aient été durement acquis ou non. Je vais faire en sorte que tous apprennent la leçon qui m’a été imposée jusqu’à ce que plus personne ne puisse douter du bien fondé de mes idées. Le seul être en ce monde qui puisse mériter mon respect… Non, qu'il soit parvenu à l’obtenir, est l’homme dont j’ai hérité du nom. Car c’est le seul à avoir été assez lucide pour pouvoir lire au travers de vos charognes très prochainement putrides. A vous comme bien d’autres. Ma seule ambition sera de lui payer ma dette et pour le reste… Je combattrai simplement selon mes propres désirs. Car oui, c’est là la clef de toutes choses. Je ne laisserai plus place à une quelconque hypocrisie. Maintenant…. Vous allez mourir. Comme les autres. L’on ne m’a pas demandé de vous laisser vivre et vous n’en méritez pas plus le droit que ceux que j’ai tué avant vous. Et putain, ce que j’ai pu en tuer, lors de la grande guerre ! Elle s’est présentée comme un cadeau à mon éveil. Le doux présent d’une ancienne vie bien trop amère pour mon propre renouveau. Je n’aurais pu rêver meilleur timing. Je regrette presque ce temps ou on ne se levait, le soir, que pour tuer et soumettre car moi, contrairement à d’autres, j’étais aux premières loges.

Si je vaux mieux que vous ? Allons, ce n’est pas à moi d’en décider. Les faibles crèvent dans leur fange et moi… Je ne suis pas faible. Et je ne prévois pas de l’être. Non maintenant… ni demain… ni jamais. Je ne suis qu’une branche secondaire. Une branche s’étendant au nom des Bergstein. Une branche qui prendra place aux côtés de la branche principale pour vous dominer tous. Et ceci sonne le début de ma Dynastie.

crackle bones


Dernière édition par Viktor Bergstein le Dim 16 Déc 2018 - 10:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
L'Ange Noir
avatar
Date d'inscription : 20/01/2014
Messages : 4030
Célébrité : Aucune

Feuille de personnage
En Quelques Mots:
Liens & Affinités:
STATUT RP: DISPONIBLE
MessageSujet: Re: Viktor Bergstein Dim 16 Déc 2018 - 8:52

_________________

Votons   votons   Votons   votons   Votons
Revenir en haut Aller en bas
Admin
L'Ange Noir
avatar
Date d'inscription : 20/01/2014
Messages : 4030
Célébrité : Aucune

Feuille de personnage
En Quelques Mots:
Liens & Affinités:
STATUT RP: DISPONIBLE
MessageSujet: Re: Viktor Bergstein Dim 16 Déc 2018 - 9:54
Bonjour et merci pour ta présentation

Il n'ya que deux choses à voir.

Corriger la taille des deux images d'en tête qui sont trop grandes. La taille est 515 x 218. Merci de me prévenir quand ce sera bon.

_________________

Votons   votons   Votons   votons   Votons
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Viktor Bergstein
avatar
Date d'inscription : 19/11/2018
Messages : 5
Célébrité : Brock O'hurn
MessageSujet: Re: Viktor Bergstein Dim 16 Déc 2018 - 10:55
Voilà qui est fait !
Désolé pour ça, je suis une grosse brêle dans ce qui est "gestion d'image et autres conneries associées ! =3"
Revenir en haut Aller en bas
Admin
L'Ange Noir
avatar
Date d'inscription : 20/01/2014
Messages : 4030
Célébrité : Aucune

Feuille de personnage
En Quelques Mots:
Liens & Affinités:
STATUT RP: DISPONIBLE
MessageSujet: Re: Viktor Bergstein Dim 16 Déc 2018 - 13:14



Tu es validé !

Bienvenue parmi nous !


Ta fiche de personnage se trouve désormais dans la section des validés ICI. Tu pourras poster ta fiche de liens et de suivis à la suite. Si tu n'as pas d'idées sur comment faire une fiche de liens ou/et de RPs, tu trouveras des modèles ICI et . En cas de soucis avec le codage, n'hésites pas à contacter un membre du staff qui t'aidera Smile

Tu peux faire une demande de RP dans ce coin.

Le forum c'est du RP mais aussi de la détente, la zone de flood est pour ça. N'hésites pas à venir faire des jeux et flooder de tout et de rien avec les autres VKiens. La CB est aussi là pour se détendre, n'hésites pas aller te connecter à l'occasion.

En cas de soucis, n'hésites pas à contacter le staff ou à poser tes questions dans la FAQ.


code (c) crackle bones


_________________

Votons   votons   Votons   votons   Votons
Revenir en haut Aller en bas
June Faith
avatar
Date d'inscription : 21/10/2018
Messages : 20
Célébrité : Lindsey Morgan

Feuille de personnage
En Quelques Mots:
Liens & Affinités:
STATUT RP: DISPONIBLE
MessageSujet: Re: Viktor Bergstein Dim 16 Déc 2018 - 14:22
Hey hey ! Bienvenue à toi au plaisir de te croiser (ou pas.) Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Viktor Bergstein
Revenir en haut Aller en bas

Viktor Bergstein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Viktor Fasth G (Detroit)
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Le hasard aime a se moquer parfois | Viktor de Missède
» Entre préparatifs et traditions / Viktor
» Une Arrivée fort attendue ~ une demande particulière.[Viktor. Kathleen. Aelalia]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
VAMPIRES' KINGDOM :: Les Portes de la Nuit :: Le Sanctuaire des Héros :: Présentation-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet