VAMPIRES' KINGDOM
Bienvenue sur Vampire's Kindgom.

Nous vous invitons à lire le contexte et vous informons de la répartition des personnages sur le forum :

Vampires : 24
Esclaves : 21
Résidents : 2
Affranchis : 5
Dévots : 10


Vous avez les cartes en main pour faire le personnage de votre choix.

A bientôt.


.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexionPortail

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Partagez

Conrad Ortega

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Conrad Ortega
avatar
Date d'inscription : 31/10/2018
Messages : 6
Célébrité : Colin O'Donoghue
MessageSujet: Conrad Ortega Jeu 1 Nov 2018 - 2:48



Conrad Ortega


I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


Nom : Ortega
Prénom :Conrad
Date de naissance humaine : 1654
Date de naissance vampirique : 1678
Age vampirique : 350
Situation familiale :Il est seul
Orientation sexuelle : Hétéro
Particularités : Une longue cicatrice lui barre le dos en diagonale
Qualités : Commercial ○ attentif ○ Minutieux
Défauts : maniaque ○ colérique ○ ne se souci pas du regard des autres
Groupe : Vampire
Puissance choisie : ○ Royaume
Avatar :Colin O'Donoghue

Vos pouvoirs
Control d’énergie
Il peut, à sa guise, puiser l'énergie vitale des êtres vivants qui l’entourent, plantes comme humains ou animaux. Étant mort, cela ne lui apporte aucune énergie vitale. Il utilise ce pouvoir pour soit, faire souffrir le sujet, l'amoindrir et l'affaiblir, voire le tuer. Cela lui prendra plus ou moins de temps et plus ou moins d'énergie selon la taille de la créature touchée. Une plante lui prendra moins d'énergie et moins de temps que s'il devait vider un éléphant de son énergie.
Son pouvoir est réversible. Il peut offrir de l'énergie à un être vivant. Ce dernier s'en retrouvera plus fort, plus vigoureux et aura un regain d'énergie évident. Il pourra être soigné s'il est malade ou blessé. Conrad peut choisir de faire croître aussi l’être vivant visé, mais cela puise bien plus dans les réserves que le reste.

Perception des émotions:
Sous la forme de sensation, de couleur, Conrad peut percevoir les émotions des humains qui sont dans son champ de vision. C'est un pouvoir passif. Hormis de savoir si un humain est en colère ou joyeux, cela ne lui apporte rien de plus, mais il sait, dès qu'il pose les yeux sur l'humain, son humeur. Attention, ce n’est pas de l’empathie. il ne ressent pas les émotions. Il les perçoit juste, sous la forme d’une aura de couleur, d’ou le fait qu’il à besoin d’un contact visuel.


Caractère


Conrad a plusieurs facettes. En fonction de la personne qui vous le décrit, vous n’en aurez pas forcément la même vision. Si on va du plus large au moins large, on pourrait en dire ceci. En Europe, Conrad a une réputation de “gentil” vampire auprès des humains qui ne le connaissent pas vraiment et qui ont juste entendu des on-dit sur lui. Pourquoi? Parce qu’il promet un travail et sa protection a qui vient sur ses terres, ainsi que la sécurité et l'éducation des enfants, si enfant il y a, ou aura.

Les humains qui le rejoignent sur ses terres se rendent bien compte qu’il ne ment pas. Effectivement, chaque adulte a un travail adapté, un toit au dessus de sa tête. Les enfants sont protégés également et envoyés en pensionnat ou a la crèche suivant leur âge. Mais les conditions sont souvent loin d’être celle imaginée par les humains avant d’arriver. Conrad, à ce moment, montre un visage bien moins gentil. Les paysans l'apprécient rarement et Conrad n’en à rien à faire. Littéralement. Lui il veut de la main d’oeuvre pour cultiver ses champs et travailler dans ses usines.

Cela dit il n’est pas non plus complètement irrationnel ou détaché. En effet, il sait que les humains ont besoin de motivation, alors il à poser des conditions particulières. Ils ont droit à des moments où ils ont peuvent se reposer. Tout cela est lié à son esprit commercial. Lui, la seule chose qu’il veut, c’est profiter de la situation pour faire du profit. Se lier par contrat à ceux qui ont besoin. Il est très attaché à tout ce qui touche à son père et ne laisse rien passer de ce qui pourrait salir sa mémoire, même s'il a conscience qu’il a fait des erreurs et qu'il s'est promis de ne pas refaire les mêmes.

Pour ce qui est de ceux qui travaillent chez lui… Difficile de dire si c’est un cadeau ou non. En effet, ils n’ont pas besoin de travailler dans les champs, puisqu’ils sont au manoir. Mais ils marchent constamment sur des oeufs. Conrad a en horreur que les choses ne soient pas faites correctement. Soit on sait faire et on le fait bien, soit on ne sait pas faire et on ne fait pas. Depuis la mort de son père, il surveille tout. Toujours tout. Il a réussi à rallier certains humains a sa cause et toutes les nuits, à son réveil, il exige un rapport de ce qui a pu se passer dans la journée. Après… Tous vous diront que Conrad n’est pas violent en soi. Pas autant que son père et seulement si on le pousse à bout. Ce qui parfois peut arriver très vite, mais quand on le connaît un peu, on arrive à savoir quand il commence a s'énerver : quand ses yeux s'obscurcissent.
.


Physique


Conrad est un vampire plutôt passe partout. Bien qu’il ait la force des siens, celui qui le croise dans la rue de loin, le prendrait plutôt pour un être “fragile” du fait de sa carrure pas forcément très prononcée. En effet, même si il est assez grand avec son mètre quatre vingt cinq, il est assez fin, tout comme ses muscles. Cela dit, son corps reste bien proportionné.

Il à les cheveux courts et bruns, plus ou moins disciplinés. Une barbe de plusieurs jours, qu’il ne pourra plus jamais tailler et franchement, cela n’est pas pour le déranger. Au contraire, sans sa barbe il se sent nu, même lorsqu’il était humain.
Ses yeux bleu gris en ont surprit plus d’un. D’autant qu’il n’est pas difficile de voir quand il est en colère, car son regard claire s’assombrit lorsque c’est le cas.

Il privilégie les vêtements en cuir, trouvant que cela lui facilite grandement les mouvements. En plus, cela lui rappelle l'époque ou il était pirate. Allez savoir pourquoi, car ce n'était pas vraiment ce genre de frusques qu’il portait à l’époque, mais c’est comme ça. Mais cela lui arrive de porter des vêtements actuels, notamment des jeans.

Enfin, sous ses vêtements, il y a de nombreuses cicatrices, vestige de son passé. Elles ne sont pas forcément importantes. Sauf une qui le barre de dos en diagonale. Celle là, il lui a fallu un bon moment pour cicatriser. Pour les autres, ils en a sur les bras, le torse et les jambes. En bref, un peu partout.
.

crackle bones




Derrière l'écran
Pseudo : Lonra
Âge : 24
Mots de passe du règlement :
Fréquence de connexion :régulière
Inventé ou scénario : Inventé
Commentaires : nop
Voulez-vous être parrainé ? : nop ^^
crackle bones


Dernière édition par Conrad Ortega le Jeu 1 Nov 2018 - 3:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Conrad Ortega
avatar
Date d'inscription : 31/10/2018
Messages : 6
Célébrité : Colin O'Donoghue
MessageSujet: Re: Conrad Ortega Jeu 1 Nov 2018 - 2:50



Histoire




1678… L'âge d’or de la Piraterie.
Cette année là naquit un vampire. Comme d’autre. Mais c’est l’histoire de celui-ci qui nous intéresse. Conrad… Conrad Ortega, du nom de son créateur, Armand Ortega. Mais… Pour comprendre comment il en est arrivé là, il faut remonter quelques temps en arrière.

1654:
Dans un petit village côtier de l’Irlande, des cris retentissent dans une bicoque délabrée dans le jardin pourtant entretenu. Depuis le lever du jour des cris retentissent. Cri de douleur. Jusqu'à maintenant. Le soir tombe et les cris sont différents. Ce ne sont plus les cris d’une femme qui accouche, mais ceux d’un bébé qui vient de naître. Dans la petite maison, il n’y a que Fleur, la sage femme et le nouveau né. Un joli petit garçon qui fit aussitôt la fierté de sa mère, même si cette dernière aurait aimé que le père soit là. Impossible… Il est en mer, moussaillon sur un navire marchant, et ne sait même pas que sa femme était enceinte et vient d’accoucher. Mais elle l’aime et a depuis longtemps accepter cette fatalité. Il n’est pour ainsi dire jamais à la maison.

Elle choisit d’appeler le bébé Conrad. Comme son père. C’était une façon pour elle de les avoir tous les deux auprès d’elle, tout le temps. Peut être pas la meilleure, car petit Conrad regretta beaucoup de porter le nom de son père en grandissant… Mais nous n’en sommes pas encore là.

Voici 3 mois que bébé Conrad est né. Sa mère, Fleur, est heureuse. Il ne lui manque que l’homme de sa vie. Et justement… Ce jour là, dans l'embrasure de la porte, une silhouette se dessine. Il est revenu. Cependant… Il ne saute pas de joie en apprenant qu’il est père. Non… Pour lui c’est impossible. Ca ne peut pas être lui le père. Alors… il a une réaction plutôt classique pour un homme tel que lui. Une gifle envoie sa femme au sol. Des insultes fusent, puis il tourna les talons et abandonne le domicile conjugal. Pour de bon.

Il trouvera refuge à l’auberge du village. Et, ne nous le cachons pas, dans les bras de la serveuse aussi. Cela dit, quelque jours plus tard en discutant avec  un camarade du village, il comprend son erreur. Mais...Conrad père est un homme fier et incapable de reconnaître ses erreurs. Surtout aussi flagrantes. Parce qu’il le sait. Sa femme lui a toujours été fidèle. Décidé à se racheter, il repart en mer. Il veut leur offrir une vie meilleure. Il veut faire fortune. Mais en tant que simple moussaillon, c’est impossible… Alors, quand son navire se fait aborder par un groupe de pirate, il n’hésite pas à changer de bord.

Il s’agit d’ailleurs plus d’un groupe de pillards, dirigé par un homme qui se veut capitaine : Sir Christopher Myngs. Ils ne font pas vraiment parler d’eux, vivant de petit larcin à droite à gauche. Conrad père se lie d'amitié avec ses camarades. Dont un certain Henry Morgan. Et puis ils finissent dans les Antilles, poussés par l’aventure. Là, Henry se rapproche de Sir Thomas Modyford. Ce dernier est gouverneur de la jamaïque et lorsque Henry devient indépendant en 1667 suite à des dissensions entre L'Angleterre et l’Espagne, obtenant alors une lettre de marque et une licence lui permettant d’attaquer les navires Espagnol, alors, Conrad n’hésite pas à le suivre. Ils deviennent tous deux corsaires.

1667… Conrad junior a grandi. Il a maintenant 13 ans. Il n’a jamais vu son père. Sa mère est morte l’année passée après avoir contracté la variole. Elle lui a cependant transmis l’amour qu’elle avait pour lui. Mais elle n’a jamais voulu lui parler de son père. Maintenant qu’elle n’est plus là, il vit seul dans cette petite maison un peu à l'écart du village. Elle tombe en ruine. Sa mère n’a jamais eu les moyens de faire réparer tous les petit problèmes avec son maigre salaire de tisserande. Et lui les a encore moins. Heureusement il arrive à trouver un peu de travail. Sa mère lui a appris à s’occuper des plantes. Elle aimait avoir un jardin propre et joli et cela elle l’a transmis naturellement à son fils. Il apprécie les plantes et les voir grandir. Mais maintenant… Il y voit surtout un moyen de gagner sa vie. A 13 ans, vendre des fleurs, des plants prêts à être planter dans les jardins ou s’occuper du jardin des autres… C’est la seule chose qui lui permet de gagner un peu d’argent.

1669, début d’année. Conrad junior à maintenant 15 ans. Dans son petit village, il n’arrive plus à trouver de travail. Il ne comprend pas. Il lui faudra entendre par hasard une discussion entre différents villageois pour comprendre. Ils savent qui est son père et celui si est corsaire. Dans un petit village comme le sien, les gens ne font pas forcément la différence entre corsaire et pirate. Conrad non plus d’ailleurs. Mais à écouter la discussion, il comprend qu’il ressemble à son père et cela fait peur aux villageois. Secoué par tout cela, il rentre chez lui. Il ne lui faut pas très longtemps pour prendre une décision. Le lendemain matin, la petite maison est vide de présence, abandonnée. Conrad est déjà à plusieurs lieues de là.

Il lui faudra quelques mois. Chapardant par ci par là. Proposant ses services parfois. Et prenant la place de petit mousse sur un navire marchand pour pouvoir traverser les océans et rejoindre l’Amérique.  Sur le navire, il se lie d'amitié avec un autre jeune homme, un peu plus vieux que lui… Edward, dit Ed’, qui avait 18 ans et il prit Conrad sous sa protection. Le plus jeune n’était ainsi pas trop embêté par les autres marins pendant le temps du voyage, qui le voyaient comme de la “chaire fraîche”. Conrad n’en eut jamais vraiment conscience.  Il avait un ami avec qui discuter et cela lui suffisait. Mais plus d’une fois Ed’ mit une raclée à un marin qui s'intéressait d’un peu trop près à lui.

Très vite, Conrad se sentit vraiment proche de lui. Il lui racontait son histoire et le but de son voyage. Touché, Ed’ lui promit de l’aider à retrouver son père. Lui même partait pour l’Angleterre pour s’enrôler sur un navire. Alors ils décidèrent de chercher le père de Conrad puis de s’enrôler avec lui.

Une fois là-bas, ils se retrouvent un peu perdus. Ils ne connaissaient pas l’endroit et ils ne savaient pas comment mener leurs recherches, mais Conrad voulait retrouver son père. Le voir au moins une fois. Et à force de poser des questions à droite à gauche, dans les rues ou les tavernes… Forcément cela finit par venir aux oreilles de l'intéressé. Le temps d’une escale, il apprit qu’un jeune garçon le cherchait, accompagné d’un de ses amis et posant des questions sur lui un peu partout. Et que bizarrement, il lui ressemblait.

Trouvant cela étrange, Conrad père partit à la recherche de ce garçon qui le cherche. Il pensait que ce gamin cherchait à se faire engager sur son navire. Pourtant, c’est assez inhabituel car généralement les jeunes à la recherche d’un passe droit pour entrer dans l’équipage cherchent plutôt à se rapprocher du capitaine, et pas d’un membre de l’équipage. Fatalement, l’un cherchant l’autre et l’autre cherchant l’un, ils finirent par se croiser à la porte d’une auberge. L’un comme l’autre en furent surpris, ne s’y attendant pas vraiment. D’autant que Conrad père eut l’impression de se retrouver devant une version miniature de lui même…. Avec les yeux de sa femme… Sur le coup, il ne sut pas comment réagir. Cela faisait tellement longtemps qu’il était parti… Non pas qu’il avait oublié sa famille… Mais il n’avait pas non plus oublié qu’il s'était promis de ne retourner les vois que lorsqu’il aurait une bonne fortune à sa disposition.

Ils s'attablent dans l’auberge. Conrad père fut obligé de reconnaître qu’il s’agissait bien là de son fils. Ils se ressemblaient bien trop pour que ce soit une coïncidence. Il fut peiné d’apprendre la mort de Fleur, deux ans plus tôt. Mais il relativise en se disant qu'au moins son fils avait survécu. Ce dernier lui demanda de travailler avec lui. Sans oublier Edward qui était toujours là, avec lui. Ce que le père accepta. Il fallait passer devant le capitaine. Mais Conrad père n'était pas inquiet. Il était dans l’équipage depuis un moment déjà et pour son fils et son ami, celui qui l’a protégé, il n’y avait aucune raison qu’ils ne puissent pas faire partis de l’équipage, même si ils commençaient au bas de l’échelle, comme tous les nouveaux. Mais cela ne faisait pas peur aux deux jeunes. Et finalement, ils eurent une place parmi les moussaillons.

Conrad junior et Edward apprirent les bases de la piraterie. Tout ce qui concerne le bateau. A se battre aussi. Du moins pour Conrad.  Ils furent pris dans quelques batailles et durent apprendre à ne compter que sur eux mêmes. Cela dit… Edward était bien plus doué pour se battre qu’il ne le laissait paraître depuis le début. Et plus d’une fois il sauva Conrad d’une blessure plus ou moins sérieuse. Mais ce dernier ne voulait pas non plus se laisser faire. Il avait des rêves de grandeur, le petit Conrad. Alors, après les premières batailles, il apprit très rapidement à se défendre. Mourir n’était pas dans ses projets.

Avec le temps, ils devinrent un peu plus que juste des moussaillons. Ils faisaient vraiment parti de l’équipage. Et le fait de ressembler à son père facilitait aussi les choses pour Conrad junior. Malheureusement il ne forcit pas vraiment. Du moins en apparence. Avec les années, il récolte quelques belles cicatrices, notamment une qui barre son dos en diagonale. C’est la plus importante, avec d’autres plus petites, moins importantes, moins dangereuses sur le coup. Celle de son dos, il l’a eu l’année de ses 20 ans. Soit environ quatre ans après être devenu un corsaire auprès de son père.

Fin 1676. Conrad a 22 ans cette année là et cela fait six ou sept ans qu’il est sur le bateau du corsaire, qu’il a retrouvé son père et que son rêve est devenu le sien. Amasser de l’argent pour avoir de quoi vivre et plus de problème. Pouvoir vivre avec son père et apprendre à le connaître bien mieux. Edward aussi est resté avec lui. Ils sont devenus de très bon amis, très proches. Presque des frères du point de vue de Conrad.

C’est cette année là qu’il émit le souhait de retourner dans son village natal. Il voulait aller sur la tombe de sa mère une dernière fois. Pour tout lui raconter. Et lui dire que même si il ne revenait plus la voir, il n’en arrivait pas moins de penser à elle. Il voulait la “voir” une dernière fois. Quitter le navire ne fut pas chose facile. Cela ne se fait pas comme ca, que de quitter un équipage. Mais finalement il put partir. Non sans être accompagné de son fidèle ami, Edward. Le temps de trouver une place sur un bateau et de faire le voyage en mer, puis de rentrer, un peu plus d’un an s’est écoulé.

Début 1678. C’est une année capitale pour Conrad. Même si il n’en a pas conscience encore. En Mars, il est de retour dans son petit village. Cela fait sensation auprès des villageois qui se souviennent de lui. Beaucoup l’ont cru mort ou disparu. Cela arrive parfois que dans les villages, certains jeunes disparaissent. Surtout des jeunes filles. Mais il arrive que de jeunes hommes disparaissent sans explication aussi. Nul ne sait pourquoi et aucun n’a jamais été retrouvé. Alors voir Conrad revenir… Cela leur fit un choc. Le garçon était devenu un homme. Un homme qui les ignore superbement les gens du village. Il passa la journée sur la tombe de sa mère, lui parlant comme si elle était encore là. Edward en profita pour s'éclipser, sachant que son ami serait là toute la journée. Nul ne sut où il alla. Et lorsqu’il revient auprès de Conrad, le soleil était en train de tomber. Tous deux choisirent de dormir à l’auberge du village d'à côté. Le village le plus proche du manoir. La ou vivait le seigneur des terres ou Conrad était né. Ils y passèrent la semaine. Et à la fin de cette semaine, alors que la dernière nuit s’annonce et que les valises sont faites, Conrad est loin de savoir que le départ ne se fera jamais.  La veille, Edward a encore disparu pendant quelques heures mais Conrad ne lui a pas posé de questions. Il avait besoin d’être seul alors il n’a rien demandé.

Dans la nuit, la porte saute. Sans savoir comment, Conrad se retrouve maîtrisé par deux hommes bien plus forts que lui. Il a beau se débattre, rien n’y fait. Et il est emmené de force. Il n’a pas de mal à se rendre compte qu’on l'emmène au château du seigneur. Et il n’a pas d’autre choix que de se laisser faire. Il n’arrive pas à se dégager et c’est pas faute d’avoir essayé. Il fut séparé de son ami qui, étrangement, n’avait pas essayé de se dégager. Enfermé dans une chambre, il y passa deux jours. C’est un peu après le second coucher de soleil qu’enfin on vient lui ouvrir la porte pour autre chose que lui donner un plateau repas. On lui demanda de suivre. Ce qu’il fit. Il avait eu deux jours pour réfléchir et bien se rendre compte que les hommes qui l’avaient maîtrisé était bien plus forts que lui. Alors, pouvoir s’enfuir, il en doutait fortement.

On le poussa jusqu'à une grande pièce de réception. L’éducation que sa mère a pu lui donner fit qu’il s'inclina légèrement devant celui qui était là. Mais le côté corsaire adopté avec son père fit qu’il n’en fit pas beaucoup plus. L’homme en face de lui se présenta comme un certain Armand Ortega. Intrigué, Conrad choisit de le suivre à son invitation. Ils se retrouvèrent seuls et Armand commença à lui parler. Lui dire qu’il savait qui il était. Qu’il connaissait sa mère et avait regretté sa mort. Mais qu’il n’avait rien pu faire pour elle cependant, malgré toute son envie. Il aurait voulu la sauver. Mais elle était devenue bien trop fragile depuis le départ de son mari. Alors il avait attendu. Il lui dévoile qu’il a fait en sorte de le protéger jusqu'à maintenant.

A ses mots, Edward surgit et s’incline devant l’homme, l’appelant “Maître”. Il n’avait plus rien à voir avec le Edward que Conrad avait connu. Le visage beaucoup plus fermé, le regard sombre et habillé de vêtements de cuir moulant qui ne gênent en rien ses mouvements. Et… Armand ne l'appelait pas Edward mais plutôt CV. Conrad ne put s'empêcher de se demander pourquoi et se promit de lui poser la question. Enfin… Quand il le pourrait… Si il le pourrait. Sans rien lui demander, Armand mit fin à la conversation et le renvoya dans sa chambre avec l’autorisation de se déplacer tant qu’il ne sort pas du domaine.

Les nuits suivantes, il les passa à explorer le manoir de haut en bas et de droite à gauche. Il perdit un peu le fil des jours, ne sachant plus vraiment quand on était. Il faut dire aussi que niveau éducation, ce n'était pas tout à fait ça. Sa mère lui a appris le peu qu’elle savait. Compter assez pour ne pas se faire arnaquer au marché. Et savoir écrire son nom. Cela s'arrête là. Et à dire vrai ça ne l’a jamais gêné. Jusque là en tout cas. Ces derniers jours… Il passe son temps seul. Il n’a pas vu le seigneur. Ni Edward d’ailleurs.

Au bout de deux semaines, sans voir personne à part les domestiques, il commença à s'énerver et à rélamer de voir quelqu’un. Il fallut encore trois jours et deux nuits. Jusqu'à ce que, dans un accès de colère à l’idée d'être enfermé, lui qui a pris l’habitude de la mer et des grands espaces, il explose un vase contre le mur. Enervé comme jamais, c’est à ce moment là que Edward apparut. Conrad s’empressa de le questionner. Pourquoi le garder enfermé ? Pourquoi ils ne restent pas ensembles ? Pourquoi ici on l’appelle CV et pas Edward ?

Face à la pluie de questions, le jeune homme n’eut d’autre choix que de le pousser vers la chambre qui lui avait été attribuée. Il força Conrad à s'asseoir et répondit patiemment à toutes ses questions. Le Maître a choisi de le garder auprès de lui et il ne sait pas pourquoi. Il n’a pas posé la question.  Et il ne reste pas avec lui car son travail est fini. Il n’a plus à veiller sur lui. Quand à son nom… La Conrad eut beaucoup de mal a y croire… CV était son surnom car son nom réel est CCXXIV…..  224 en latin… Sur le coup Conrad n’en eut que plus de questions mais fut incapable de les poser. Et Edward ajouta que pour le reste, il devrait demander au Maître avant de se lever et de sortir. Sur le pas de la porte il offrit un sourire à son ami. Le premier depuis qu’il était ici et il déclara que dans tous les cas il ne regrettait rien de ce qui avait pu se passer entre eux deux. Mais que son devoir auprès de lui était fini et qu’il avait d’autres devoirs à accomplir.

Le soir même, Conrad pu voir le maître de maison. Il ne se priva pas pour poser tout un tas de questions et celui-ci ne lui répondit que par une phrase “Si tu veux savoir, il va te falloir accepter tout ce que je vais t’infliger. Alors, après, tu sauras” Pour quelqu’un comme Conrad, il n’est pas difficile de prendre cela pour autre chose qu’un défi. Comment refuser d’en découvrir plus sur ce seigneur si mystérieux ? Ce seigneur prêt à envoyer un de ses homme le protéger alors qu’il n’est encore qu’un enfant ?  Pas Conrad en tout cas alors il accepta.

Il resta quelque mois dans le manoir, en tant qu’invité. Edward venait le voir plus souvent. Il apprit à connaître le seigneur aussi. Un homme un peu étrange, qui n’avait à son service que des jeunes femmes et quelques jeunes hommes. Presque jamais d’invités et qui ne sortait de chez lui que la nuit. Et une nuit, il tomba sur quelque chose qu’il n'aurait jamais dû voir. Du moins, pas comme cela. Et cela lui coûta la vie. Au détour d’un couloir, il venait de voir Armand boire au cou d’une de ses servantes. Ce n’est que lorsqu’il se tourna vers lui et que Conrad pu voir le sang sur ses lèvres qu’il comprit qu’il avait sûrement vu quelque chose qu’il n'aurait pas dû voir. Il n'eut pas l’occasion de se poser plus de questions cela dit puisque rapidement, il perdit connaissance, assommé par derrière.

Il n’eut jamais l’occasion de se réveiller. Pas en tant qu’humain en tout cas Armand était un vampire alors âgé de 250 ans et il avait pour projet de le transformer pour en faire son héritier, son fils. Il aurait voulu attendre un peu, mais il estimait ne plus avoir le choix maintenant. Alors sans attendre, il fut transporté dans les sous sols du manoir, ou les murs étaient épais de plusieurs mètres et renforcés, tout comme la porte.

1678: Conrad junior ne se réveillera jamais.

Mais par contre, cette nuit la fut celle de la naissance de Conrad Ortega. Sa transformation ne se fit pas sans douleur. Bien au contraire. Il fallut plusieurs jours pour que Conrad ouvre les yeux sur le plafond de sa cellule. Sur le coup, il ne comprit pas ce qui avait pu lui arriver. Ce n’est que lorsque Armand descendit le voir et lui dit sans détour qu’il était devenu un vampire et son “fils” qu’il comprit. Enfin il en eut l’impression. Pour lui, il comprit qu’Armand était surement …. complètement fou en fait. Ce dernier le laissa là, avec un petit sourire amusé en lui promettant que bientôt il verrait qu’il ne lui ment pas.

Pour un vampire nouveau né, le besoin de sang ne tarde pas à se faire sentir. Il lui fallut juste la journée et au réveil suivant, il comprit en voyant Armand descendre avec un jeune homme. Presque tout de suite il sentit une différence entre les deux. L’un étant l’inverse de l’autre. L’inconnu face à lui, lui donne une impression de chaleur, de soif. Alors que Armand lui donne une impression de… rien en fait… La où avant il lui faisait un peu froid dans le dos, il se rend compte que maintenant il n’y a plus rien.  Là où il entend le coeur de l’homme battre, il n’y a rien chez Armand. Conrad se demande d’ailleurs vaguement pourquoi il entend ce genre de chose. Mais lorsque l’homme est poussé dans sa cellule par Armand, il ne résiste pas et lui saute dessus. En une fraction de seconde, l’humain se retrouva plaqué au mur avec un vampire dans son cou. Il ne chercha pas à bouger cependant. Il est résigné alors que Conrad fond sur son cou. Ses crocs sortent et il les plante dans le cou de l’humain et se nourrit. Maladroitement. L’homme en a souffert et Armand dût l'arrêter avant qu’il ne l'achève complètement. Mais après un petit temps, Conrad se sentit bien mieux et acceptait maintenant de croire ce qu’on pouvait lui dire.  A savoir, qu’il était maintenant devenu un vampire.

Il l'accepte assez facilement. De toute façon ce n’est pas comme si il avait le choix. Il était trop tard pour revenir en arrière maintenant. Au bout de quelques semaines, quand il commença à se maîtriser un peu mieux, Armand l’autorisa à sortir de la cellule. Il lui avait expliqué que c’était pour le protéger qu’il le gardait là. Car au-dessus ne vivait que des humains. Et qui dit humain dit sang et donc tentation pour un très jeune vampire comme lui. Mais puisque maintenant il ne saute plus systématiquement à la gorge des humains qui l’accompagnent quand il descend le voir, alors il lui donne le droit de remonter avec lui.

Conrad ne se fit pas prier, lasser de contempler sans arrêt les quatre même murs. Alors qu’il marche au côté d’Armand, ce dernier lui explique tout un tas de chose. Notamment qu’il est maintenant son fils et qu'à ce titre, un jour peut être héritera t il de tout ce qui peut l’entourer. Mais pour cela, il lui faut apprendre. Apprendre à devenir un vampire. Apprendre les lois de leur monde. Apprendre à gérer le domaine aussi. Et apprendre les secrets de son père, qui peuvent maintenant lui être révélés. Le premier fut celui d’Edward. Ainsi, Conrad apprit que la famille du jeune homme était au service de son Sire depuis trois générations maintenant. Les premiers individus étaient des enquêteurs envoyés par la couronne d'Angleterre et Armand s'était fait un plaisir de les torturer pour qu’ils deviennent siens. Puis d’en faire un couple qui avait eu des enfants. Il n’en avait gardé que deux, un mâle et une femelle qu’il avait à leur tour intimé d’avoir des enfants avec un partenaire choisi extérieur vu qu’ils étaient la premiere génération et donc frère et soeur. Puis il y eut la génération d’Edward.

Ils étaient là pour le servir et le protéger contre les humains. Habitués à se battre pour survivre, ils étaient aussi là pour aller chercher de nouveau serviteurs lorsque le besoin dans le manoir s’en faisait sentir. Conrad apprit à ce moment là que Armand était responsable de toutes les disparitions inexpliquées des jeunes filles et des jeunes hommes dans les villages alentours. Et Armand ne se cacha pas face à son fils adoptif de lui avouer cela. Au contraire. Il prenait beaucoup de plaisir à contraindre les jeunes filles jusqu'à en faire de parfaites servantes, complètement dépendantes de lui. De toute façon, qui voudrait épouser une fille qui n’est plus pure ? Personne. Alors elles n’avaient pas d’autres choix que de rester et de le servir. Il faut dire aussi qu’elles étaient loin d’être malheureuses. Elles avaient un toit au dessus de la tête, des vêtements et de la nourriture, et même si elles vendaient leurs corps, quelque part, elles n’avaient toutes qu’un seul et même “client” même s'il n'était pas forcement facile à satisfaire. Mais elles avaient toutes fini par s’y faire. L'arrivée de Conrad n’y changea rien, si ce n’est qu’il avait le droit de se faire plaisir. Il n’y a que les deux familles servantes, aux quelles il n’avait pas le droit de toucher. Et Armand non plus n’y touchait pas maintenant qu’il n’y avait plus que les deux couples (même si il ne s'est pas gêné pour déflorer les femmes à leur 18 ans) prêtes à enfanter, dont Edward et sa compagne, une certaine CCXXVI… Ou aussi appelé CI… Elle avait deux ans de moins qu’Edward et cela faisait même pas un an qu’il était rentré. Pourtant ils essayaient déjà d’avoir un premier enfant. Du fait de sa mission, Edward avait pris du retard sur cette “tâche” mais Armand ne semblait pas lui en vouloir puisqu’il avait dû faire autre chose de très important à ses yeux.

Ce fut d’ailleurs un Conrad étonné qui leur annonça sans le savoir la grossesse de CI. En effet, alors que Edward venait le saluer comme il le faisait tous les jours avec sa femme, Conrad ne put s'empêcher de froncer les sourcils. Il se rapprocha rapidement d’eux et sans explication attrapa CI. Edward ne l’en empêcha pas. Quelques part ils étaient toujours amis. Mais son devoir était tel que Conrad lui était supérieur et il le savait. Conrad glissa sa main sous le vêtement de CI et la posa sur son ventre. Comme son conjoint, elle ne chercha pas à se débattre et se laissa faire. Conrad lui était perturbé par ce qu’il ressentait. Deux points de vie alors que normalement un individu n’en a qu’un. Il lui fallut un moment pour comprendre, ainsi qu’un sourire de son père avec un regard équivoque entre les deux humains. Conrad ne put s'empêcher de venir prendre Edward dans ses bras pour le féliciter.

Armand voyait d’un mauvais oeil l'amitié entre son fils et cet humain tout à fait remplaçable à ses yeux. Mais il prenait son mal en patience. CV n’était qu’un humain qui finira par mourir et alors son fils pourrait passer à autre chose. Pour lui, c’était un mal nécessaire. Une espèce de transition entre sa vie humaine et sa vie de vampire. Aussi, à partir de ce moment là, il fit le nécessaire pour que il ne voit plus CI et n’assiste pas à la naissance du bébé. En revanche, il n’interdit pas à Edward de lui rendre visite. Cela devait être le seul humain avec qui il aurait un lien… d’amitié… même si ce mot ne lui plaisait vraiment pas. Mais au moins comme cela, il ne s'attachera pas inutilement à ce bébé humain qui venait de naître.

1680:
Cela fait à peu près deux ans que Conrad est devenu vampire. Edward a eu un fils d’un an maintenant mais il ne l’a jamais vu. Cela ne le dérange pas plus que ca. Armand le tient occupé, à lui apprendre tout un tas de choses. La gestion du domaine. La maîtrise de ses pouvoirs. A voir venir les grands changements chez les humains pour pouvoir prévoir et se mettre dans le bon camp… Quand on peut en tout cas. Il entreprit également de lui apprendre à parler diverses langues en plus du Gaélique et de l’Anglais qu’il avait appris en mer. Il commença par le français, car c'était un des pays les plus proches. En plus de lui apprendre à lire et à compter, ainsi qu'à écrire. Il apprit également à monter à cheval.

Le temps passa, doucement, au rythme des leçons. Conrad, curieux de nature, était passionné par tout ce que son père pouvait lui apprendre. Avec le temps, il le voyait vraiment comme son père et était très attaché à lui. Armand était devenu le père qu’il n’avait jamais vraiment eu dans son enfance. Celui qui apprend à son fils tout ce qu’il doit savoir.

Les années passèrent. 1718 arrive et avec elle plusieurs changements. Cela fait quarante ans que Conrad est devenu vampire. Il ne vieillit plus. En revanche pour son ami, Edward, il n’en va pas de même. A plus de 60 ans, il estime avoir eu une vie heureuse, à servir son Maître. Puis d’avoir eu la chance de devenir l’ami du futur Maître. Il l’avait souvent dit et répété à Conrad. Car si ce dernier n’avait pas vraiment pris conscience de son immortalité, ou presque cette année là il en prit pleinement conscience. Car ce fut cette année là que son ami trouva le sommeil éternel comme le disent si bien certains. Il avait eu une vie plus longue que la plupart des membres de sa famille. Et bien plus remplie aussi. Et si lui, Edward, en avait parfaitement conscience, il savait que ce n’était pas le cas pour son ami. Alors sur les derniers mois, sentant la fin approcher, il n’avait eu de cesse de lui répéter à quel point il avait été heureux de le rencontrer. Heureux de le servir. Et chanceux. Très chanceux.

Conrad n’eut d’autre choix que de s’y faire. Et dans le petit cimetière du château, la tombe d’Edward est encore à ce jour, la seule qui porte son chiffre donné par Armand et le prénom sous lequel Conrad l’a connu. C’est aussi, encore à ce jour, la seule tombe entretenue régulièrement. Certain lui on demandé pourquoi. Il n’a jamais rien répondu d’autre qu’un coup de poing en pleine figure. Enfin, pour ceux qu’il estime inférieurs à lui tel que les humains. Pour les autres, il se contente d’un “ca ne concerne que moi” et de tourner les talons.

Suite au décès d’Edward, Conrad comprit que la vie humaine était fragile. Faible. Son regard commença alors à changer et à correspondre un peu plus à celui de son père. Armand en était ravi. Les leçons continuent, car il voulait lui apprendre tout ce dont il pourrait avoir besoin. Il le poussa aussi à travailler de plus en plus son pouvoir. Il disait que seul la pratique lui donnerait une utilisation facile et de moins en moins énergivore.

1798:
Conrad est maintenant dans sa cent vingtième année. Il n’est plus considéré comme étant un vampire néonat. Mais il reste avec son père. C’est là qu’il se sent le mieux. Celui-ci l’a laissé “embaucher” son propre personnel pour l'entretien de ses appartements. Autrement dit, il a eu l’autorisation d’aller enlever quelques jeunes filles et d’en faire ce qu’il voulait. Il ne se le fit pas répéter et, une à une, il finit par avoir quatre jeunes filles à son service.

Pour en revenir à l’année 1798… Cette année là fut la première où Conrad pu voir une révolte humaine. Cela couvait depuis quelque temps et Armand l’avait senti. La religion catholique, même si les deux vampires ne s’y intéressent pas le moins du monde, était de plus en plus rejetée par les humains et cela promettait des problèmes dans le pays. Cela ne loupa pas. Une révolte finit par éclater et la République d’Irlande fut déclarée. Cela dit, l’Angleterre ne laissa pas passer cela et la répression fut terrible. Pour les humains. Armand avait pris soin de faire savoir discrètement à l’Angleterre que lui était de leur côté. Si bien qu’il n’y eut pas trop de dégâts sur ses terres.

De cette histoire, Conrad a pu voir son père mettre en pratique ce qu’il avait pu lui apprendre sur le fait de voir venir les problèmes dans le monde des humains et donc limiter au maximum les dégâts sur son domaine. Il pu d’ailleurs appliquer cela, puisque deux ans plus tard, Armand lui demanda de gérer le fait que l’Angleterre venait de proclamer l’union de l’Irlande à l’Angleterre. A cette occasion, Armand gagna quelques terres puisqu’il s'était mis du coté des Anglais. Terres adjacentes aux siennes, il choisit de les offrir à son fils, tout en les gardant sous son tutorat quand même. Mieux vaut être prudent. C’est ce qu’il lui dit. Et Conrad était entièrement d’accord avec cela.

Alors il s'installa dans son manoir à lui, sur les terres que son père lui a donné pour apprendre à gérer un domaine. Bien sur, il savait que s'il en ressentait le besoin, il pouvait aller le voir et lui demander conseil. Ce qu’il fit volontiers à chaque fois qu’il en éprouvait le besoin. Mais maintenant, il avait ses propres serviteurs, qu’il piochait un peu partout en fonction de ses envies. Surtout des femmes. Quelques hommes aussi, pour les gros travaux, comme les écuries. Les années passèrent.

Le XIXè siècle fut marqué par des périodes de famine pour les humains et des exodes massifs. C’est à ce moment là que Conrad se tourna vers l’agriculture. Il venait d’avoir… comme un déclic Les humains avaient besoin de manger pour vivre. Et les vampires avaient besoin des humains pour les servir et pour se nourrir. A voir les humains partir de ses terres pour rejoindre un avenir très incertain, il comprit qu’il devait faire quelque chose. Alors il commença à s'intéresser aux plantes. A nouveau. Il retrouva cette fascination de la plante que sa mère, humaine, avait pu lui transmettre et qu’il avait oublié avec les années.

Son père le félicita. En plus de nourrir les humains et donc de les garder sous sa coupe, il pouvait en faire le commerce et donc en récolter des bénéfices. Et cela aussi intéressait Conrad, son esprit de pirate sortant dans cette aspect de la chose. Alors il entreprit de transformer les terres. D’en faire des champs de culture. Habilement, il y plaça les humains les plus à mène de travailler dans les champs. Un peu comme une araignée au millieu de sa toile, il dirige son domaine sans forcément se faire remarquer. De plus les fermiers travaillent bien volontiers pour leur seigneur, car ils avaient un bon salaire, très légèrement supérieur à d’autre domaine.

Le temps passa à nouveau, avec son lot de problème pour les humains. Mais habillement, il réussit à protéger son domaine. Il prenait de plus en plus d'indépendance vis à vis de son père. Même si il ne l’oubliait jamais, il allait de moins en moins le voir pour lui demander conseil. Non, maintenant quand il y allait, c’était surtout pour le voir, discuter de chose et d’autre, partager un repas… Autrement dit, partager le cou d’une jeune fille, parfois encore vierge...

Le temps passe, avec ses révolutions et ses évolutions. L’Irlande devient libre. Puis à nouveau Anglaise. Une premiere guerre éclate en Europe. Les deux vampires observent cela de loin. Conrad, qui avait presque oublié l'existence de la famille Torque, les serviteurs de son père, les voit revenir à son souvenir lorsqu’il lui propose de prendre l’une des deux branches à son service. Tout en continuant de garder le même fonctionnement. Mais il a vu un rapprochement entre deux jeunes humains d’une quinzaine d’année, chacun d’une famille, et cela ne lui plait pas. Il voudrait les éloigner l’un de l’autre et ainsi, il en vient à demander de l’aide à son fils.

Après un temps de réflexion, il accepta. Et il se retrouva donc avec la lignée chargée de perpétuer les hommes. N’en attendant pas moins de son père qui voulait garder le droit de cuissage qu’il impose aux femmes, cela ne le dérangeait pas plus que ca. De toute façon, il avait bien assez à faire avec ses propres humaines.

Dans le monde des humains, une nouvelle guerre éclata. Bloc de l’est contre bloc de l’ouest. Une fois encore, les deux vampires regardèrent cela se dérouler de loin. Ils n’y prirent pas part, se contentant de vivre chez eux, sur leur terre. Cependant, un événement se prépare et cette fois, ils ne virent rien venir.

1967
Conrad entre dans sa 287ème année. Depuis un peu plus de 40 ans, il a une branche de la famille Torque qui vit chez lui. Ils le protègent comme ils le feraient avec Armand. Conrad les nourrit et les loge, mais c’est Armand qui à la main pour former les couples à sa guise ou sélectionner les enfants qui forment les couples. Conrad ne s’occupe pas de cela. Il continue d’oeuvrer en sous main pour continuer à produire des légumes et nourrir les humains. Ses terres se sont agrandies au fur et à mesure, achetant de plus en plus de terrain et développant même des élevages de viande. Poulets, boeufs, vaches laitières…  Il a un petit élevage de chevaux aussi, mais là, c’est surtout personnel. Il adore monter à cheval alors il a quelques spécimen dont il fait la reproduction.

Il est plutôt fier de son oeuvre. Mais à force de s'étendre, il finit par attirer l’attention. C’est en pleine journée de Juin 1967 que les chasseurs passent à l'attaque. Ils se sont réunis et, scindés en deux groupes d’une dizaine d'individus, ils attaquent, de jour, les deux domaines, père et fils. Les vampires dormant en journée, ils ne peuvent bien sûr rien faire du tout. Pourtant, ils ne sont pas seuls. Et, si les humains opposent une résistance qui est en réalité bien faible au vu du manque d'entraînement, il n’en est pas de même pour la famille Torque.

Chez Armand, à ce moment là, la famille était composée de neuf individus. Deux grands parents, les deux parents et cinq enfants âgés de 20 à 13 ans. Les deux aînées, venait d’avoir 18 et 20 ans et savaient se battre, comme les parents et grand-parents. Les trois cadets savaient se battre plus ou moins bien. Ils n'hésitent pas à se jeter dans la bataille et sauvèrent ainsi leur Maître, Armand.

Chez Conrad, les forces était moins bien équilibrées. Face à la dizaine d’assaillants, il n’y avait qu’un couple avec un enfant unique et deux grand-parents. Le plus jeune, alors âgé d'à peine huit ans, et étant le seul enfant, fut mis à l’abri. Il devait pouvoir perpétuer la lignée si quelque chose devait arriver. Les quatre adultes peinèrent rapidement face aux chasseurs. Mais Conrad, avec l’autorisation de son père, avaient pris pour dévot un des membres d’une génération précédente. Ce dernier arriva juste à temps pour sauver son Maître. Mais pas assez rapidement pour sauver tous les membre de la famille Torque. Seul la mère et son fils furent sauvés.

C’est à ce moment là que Conrad commence à s’interesser un peu plus à la sélection que son père pouvait faire.  Avant de les oublier à nouveau. En effet, la mère et son fils ne lui étaient d’aucune utilité pour le moment. Et ils avaient besoin d’être protégés. Si le fils venait à mourir, alors, tout son travail serait perdu. Il les rappela donc auprès de lui. Et Conrad ne fit rien pour les retenir. Il avait bien d’autre préoccupation que les humains qui servaient de distraction à son père. En effet, le monde continue d’évoluer. De nouvelles technologies apparaissent. Et avec elles, de nouvelles façons de pratiquer l’agriculture et l’élevage. Des machines pour intensifier tout cela. Conrad en fut ravi et, dès qu’il le put, il investit dans ses machines à la pointe de la technologie pour que ses fermiers puissent produire plus, et augmenter le rendement ainsi que les bénéfices.

Avec les années, la technologie continue d’évoluer. Conrad lui, continua d'agrandir ses terres et donc d’augmenter les surfaces de culture, tout en restant à la pointe de la technologie au niveau des machines. Il vit l’arrivée de tous les changements liés à l’emploi d’un mauvaise oeil, notamment toutes les hausses de salaires, les congés payés et tout le reste. Mais il fit avec, il n'avait pas vraiment le choix. Il ne tient pas spécialement à attirer l’attention des autorités humaines. Alors il se plie aux lois et tout ce qui va avec. Maintenant, ce n’est plus lui qui va voir son père, mais son père qui vient le voir chez lui.

2000:
Le changement de millénaire. Les humains le fêtent. Conrad reste chez lui. Son père est de plus en plus agité et il ne comprend pas pourquoi. Mais il ne cherche pas non plus à lui poser de question. Cela dit, ca l’inquiète quand même. Jamais il n’a vu celui qu’il nomme “père” être à ce point agité, au point de préférer venir le voir chez lui pour discuter plutôt que de le laisser venir comme il en avait l’habitude jusque là.

Conrad aura 322 ans cette année là et son père n’en a pas moins de 572, ce qui n’est pas rien. Rien ne viendra vraiment chambouler leurs habitudes Son père retrouvera sa stabilité au bout de quelques mois. Et à nouveau, le temps passe. Jusqu'à l’année 2009. Les deux vampires n’en ont pas encore conscience, mais cette année là naquit une petite humaine qui chamboulera tout leur univers. Enfin, plus celui d’Armand que celui de Conrad. Ce dernier, plus d’une fois, entendit son père se plaindre de cette humaine qui ne ressemble en rien à ses ancêtres. Bien plus fougueuse.

Alors qu’elle grandit, plus d’une fois Conrad repère son odeur sur son territoire. Il ne la prit en flagrant délit qu’une seule fois. Il la trouva, roulée en boule dans le foin, à dormir à côté d’un jeune garçon. À l’odeur il reconnut un Torque. Il grimaça et les observa un long moment dormir en se tenant la main. Il avait depuis longtemps perdu le coup d’oeil pour donner un âge aux humains. Surtout les plus jeunes. Mais vu qu’elle n’était même pas encore formée comme une femme, il en déduit qu’elle devait être bien trop jeune pour s'intéresser au sexe et que donc ils n’avaient rien du faire de répréhensible pour son père. Avec un soupire, il se contenta de les secouer pour les réveiller, puis leur intima de partir et de rentrer immédiatement

Il n’en parla jamais à son père. Pas dans le but de lui cacher. Mais plus parce qu’il ne lui posa jamais de question. Par la suite, il ne la vit plus, mais a nouveau il sentit son odeur plus d’une fois sur son territoire. À nouveau, quelques années passèrent. Il avait prit l’habitude de faire un tour sur ses terres au moins une fois toutes les deux ou trois nuits. Durant cette nuit de 2024, il inspectait les champs lorsqu’une odeur de sang frais le fit s'écarter de son chemin.

Il ne tarda pas à trouver une explication à cette odeur. Il se figea devant la scène. Il ne s'attendait pas vraiment a ca. En plus de l’odeur du sang frais de l’homme étendu, mort, au sol, il repéra rapidement l’odeur de cette infernale petite humaine. Il descendit de son cheval, voulant la trouver pour avoir une explication. Que faisait le cadavre de cet homme ici? Et pourquoi son odeur était mêlée à tout cela ? Il fouilla minutieusement les alentours, jusqu’à la retrouver, sous le cadavre de l’homme. Sans aucun problème, il écarta la carcasse, remarquant facilement que ce dernier avait le pantalon ouvert et que la jeune fille, plus vieille de quelques années et avec des formes cette fois, avait ses propres vêtements déchirés. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre qu'il y avait peut être eu viol et cela le fit grogner.

Il tira le cadavre à l'écart, puis, sans attendre enroula un bras autour de l’humaine pour la soulever. Il l’éloigna de la scène, la déposant a côté de son cheval, avant de revenir. À l’aide de son pouvoir, il fit croître les plantes jusqu’à recouvrir le corps et effacer les traces de sang. Puis il revient vers elle. Il la regarda au sol, la trouvant misérable dans son état. Mais il connaît l’attachement de son père pour cette famille alors, à nouveau, il la souleva et la posa sur la selle de son étalon. Il enfourcha sa monture derrière elle et passa un bras autour de sa taille pour la maintenir en place et ne pas prendre le risque de la voir tomber dans les vapes et donc du cheval, ou encore essayer de s’enfuir en sautant au sol.

Il la ramena chez lui dans un premier temps. Il évita à peu près tout le monde et la souleva dans ses bras, comme une princesse, pour aller la déposer dans la salle de bain de sa chambre, sûr ainsi d’être tranquille. Sans vraiment de douceur, il la dépose au sol, puis entreprend de la déshabiller pour la laver ensuite. Cependant… Elle ne se laisse pas vraiment faire, écartant ses mains d'un mouvement brusque. Cela fit légèrement grogner Conrad et il montre les dents. Mais elle n’est pas à lui alors il n’insiste pas. Il se détourne et jette une serviette dans l'évier avant de passer la porte, non sans lui déclarer qu’elle à très exactement cinq minutes pour se laver et pas une de plus avant de le voir débarquer dans la salle de bain. Il referme ensuite la porte et demande à ce qu’on lui apporte une robe toute simple.

Lorsqu’elle arrive, les cinq minutes sont passées, alors, comme promis, il ouvre la porte et entre. Qu’elle soit cachée ou non il n’en à rien à faire. Il dépose la robe sur l'évier puis lui offre dix minutes pour sécher ses cheveux et s’habiller avant qu’il ne la ramène chez son père. Il ressortit et l'attend, assis sur le lit, fixant la porte en silence et dans une totale immobilité. Lorsqu’elle en ressort, elle le remercie. Il incline légèrement la tête, comme pour dire que ce n’est rien, mais en réalité, il se contente de la regarder. Par expérience il voit bien qu’elle n’a pas fini et va ajouter quelque chose. Cela ne loupe pas. Et ce n’est pas pour lui faire plaisir, puis qu’elle lui demande de ne rien dire à celui qui est son Maître. Conrad ne peut s'empêcher de voir rouge. Un grognement bien plus puissant lui échappe et il fond sur elle, ne lui laissant aucune chance de lui échapper. Il la plaque au mur, la tenant à la gorge et grogne à son oreille “J'espère au moins que tu as réussi à garder ta virginité intacte… Sans cela, et avec ce que tu viens de dire, je ne donne pas cher de ta misérable petite peau d’humain inconsciente”

Il ne lui laisse pas le temps de répondre et cette fois, il la porte, mais en travers de son épaule. Qu’elle s’agite et se débatte n’y changera rien. Il est bien plus fort qu’elle et elle n’a nullement droit au chapitre.  Sur le cheval, il la pose devant lui et son bras l’entour à nouveau, mais bien plus ferme que la fois précédente. Lui même est bien plus froid et fermé alors que la petite n’en mène visiblement pas large. Mais cela ne le concerne pas.

Arrivé chez son père, il descend et l’attrape, la transportant à nouveau comme un sac à patate. Devant son père, il la relâche et la laisse tomber au sol sans la retenir et lui explique, froidement, ce qu’il a pu se passer. À savoir qu’il l'a retrouvée sous le cadavre d’un homme à qui on avait arraché la gorge, vêtements arrachés et qu'après lui avoir permis de prendre une douche elle s'était permise de lui demander de lui mentir, de lui cacher ce qui venait de se passer.

Après avoir fini d’exposer tout cela, il se détourna et sortit de la pièce, laissant son père se débrouiller avec son humaine. Le reste ne le regarde pas. C’est ainsi qu’il voit les choses. Il n’oublie pas cependant ce qu’elle lui a demandé et cela lui trotte dans la tête. L’inquiète presque.
Cependant il n’en parle pas. N’ont pas qu’il ne veut pas. Mais à chaque fois qu’il aborde le sujet de la petite humaine, Armand détourne la discussion sur autre chose, ou y met fin en lui disant juste qu’elle est vivante mais n’a plus le droit de sortir. Ajoutant aussi que comme cela elle ne viendrait plus le déranger sur son territoire. Puisque son père ne voulait plus en parler, alors il n'aborde plus le sujet. Il retrouva une vie “normale”. Recommença à faire le tour de son territoire sans plus jamais sentir cette petite odeur d’humaine téméraire.  Et étrangement… Cela lui manque… Ses dernières années, elle avait amené une petite nouveauté dans sa vie. Elle lui avait aussi rappelé les années passées à vagabonder avec Edward. Et là… Plus rien du jour au lendemain.

La vie reprit son cours. Et puis quelques années à peine après cet incident, il y eu la guerre. Cette fois, ce n’était pas les humains, mais bel et bien les vampires. Conrad n'hésita pas à répondre à l’appel de son roi. Avec son dévot, ils partirent sur le champ de bataille, en son nom et au nom de son père, qui lui avait choisi de rester et de gérer les deux domaines. Durant ces quelques mois, Conrad n'eut aucune nouvelle de son père. Lui même n’en donna pas, trop occupé sur les champs de bataille. Il lui était déjà arrivé de sortir de son domaine, surtout pour aller au château Royale. Mais il n’a jamais vraiment rencontré d’autres vampires. Là, sur le champ de bataille, il fit la rencontre de plusieurs autres vampires. Il perdit son dévot dans les combats et si cela l’attrista, il tâcha de ne pas s’attarder la dessus et continua les combats. À la fin de ceux-ci, il fit la connaissance d’un autre vampire. Il avait choisi de garder les terres conquises et ses projets s’accordaient à ceux de Conrad. Aussi ils purent rentrer en affaire facilement. En effet, Conrad produisait de la nourriture, ce que lui ne faisait pas. En revanche, lui produit tout un tas de produits utiles aux cultures. Ainsi ils purent trouver des accords.

Après avoir conclu tout cela, Conrad put enfin rentrer chez lui. Son premier réflexe fut d’aller voir son père. Mal lui en pris… ou bien… Encore aujourd’hui, six mois après, il ne sait toujours pas si il est arrivé au bon moment ou bien trop tard. Trop tard pour sauver son père. Mais pas assez tard pour voir cette humaine qu’il n’avait plus vue ni même sentie depuis plusieurs années. Ses pensées se détournèrent rapidement d’elle, attirées par l’odeur de sang dans la bâtisse alors qu’il était encore à l'extérieur.. Dans le manoir il y trouva un véritable carnage. Plusieurs membres de la famille Torque, que ce soit d’une branche ou d’une autre, étaient morts, visiblement dû à son père. Il trouva ce dernier mort aussi et c’est un cri de douleur et de désespoir qui lui échappa. Pour la première fois depuis trois cents ans, il connut la mort d’un être cher à ses yeux, le dernier en date étant Edward

Les odeurs se mélangent et ne lui donnent aucune indication. Les quelques survivants de la famille Torque, visiblement fort impliqués dans tout cela, il les tua sans même réfléchir. La colère grondait en lui et tout le manoir y passa. Il n’y eu aucun survivant parmi les esclaves. Il ne fit pas de quartier. Sa colère fut légèrement apaisée suite à cela. Le sang par le sang. Mais… Il reste toujours cette humaine… La seule à avoir la clef finalement. La seule capable de lui expliquer ce qui a pu se passer cette nuit là.  Il voulait se lancer à sa poursuite, avoir des explications. Cela dit, en sortant à l'extérieur, il se rendit compte que le jour serait là d’ici une heure ou deux. Et… Il y avait la dépouille de son père aussi. Il ne pouvait pas le laisser là, comme ça….

C’est en le portant dans ses bras, qu’il le transporte à l'extérieur. Il le déposa le long d’un lac de son domaine et le laissa là. Il savait que le soleil ferait son office. Et pour en avoir déjà parlé, il y a très longtemps quand il lui avait appris les différentes façons de tuer un vampire, il savait que c’était là ce que voulait son père même si il ne pensait pas que ça lui arriverait. Pas comme ca en tout cas.

La nuit suivante, son père n’était plus là. Définitivement. Il resta au bord du lac, toute la nuit, à pleurer des larmes de sang. C’était la première fois depuis sa transformation qu’il se retrouvait vraiment seul. C’était aussi la première fois qu’il était assez triste pour pleurer. Il passa la nuit, complètement abattu, sur la rive du lac, à observer l’horizon et les étoiles. Pendant ce temps, ses propres esclaves avaient fait le ménage dans la demeure de son père. Les humains avait été enterrés, comme tous les autres humains, avec une simple pierre. Un garçon fut retrouvé. Jeune, ayant quelque chose comme dix sept ans. Conrad en fut averti à son retour. Mais sa rage était retombée, alors il se contenta de déclarer que maintenant il le servirait, comme un esclave. Torque ou pas, ce gamin n’était plus qu’un esclave. Même si il ne faisait pas les mêmes tâches qu’un adulte. Cela dit, Conrad ne prit jamais la peine de le voir, et très vite, il en oublia même l'existence.

Pour oublier sa peine, il se plongea dans le travail. Maintenant que les vampires vampires étaient dévoilés, il n’avait plus à se cacher. Il prit possession des terres de son père, qui, comme lui, s’était agrandies au fil du temps. Maintenant, il avait des terres à foison. L’usine alimentaire qu’il avait fait construire dans les années 2000 fut détruite et une nouvelle usine, bien plus grande et bien plus moderne vit le jour. Sur ses terres, il fit construire des hectares de serres chauffées pour pouvoir cultiver de tout en tout temps. Il instaura également de nouvelles lois pour les humains.

Pour lui, les humains, même s'ils ne sont que négligeables face à la supériorité des vampires, devaient continuer de vivre, car si ils disparaissaient, de quoi se nourriraient les vampires ? Dans cette optique, il impose que chaque humain de plus de 18 ans soit en couple avec un opposé. Il voulait des enfants, alors aux couples qui n’en avaient pas encore, il imposa d’en avoir. Pour ce qui est des enfants déjà présents, tous ceux âgés de plus de cinq ans et jusqu'à 15 ans furent envoyés dans un pensionnat gérer par le vampire. Au delà de 15 ans et jusqu'à 18 ans, ils travaillent à mi temps. Au delà de 18 ans ils travaillent à plein temps. En fonction des capacités de chacun, Conrad les place dans les champs, dans les serres ou à l’usine. Il prit soin de se garder les plus jolies jeunes femmes pour les placer dans son manoir. Il en avait de toute sorte. Mais étrangement, un oeil averti pourra remarquer qu’aucune de ces jeunes femmes n’à les cheveux noirs. Ce n’était pas conscient de la part du vampire, mais il ne voulait pas de cheveux noirs qui pourraient lui rappeler l’humaine. Il ne voulait pas d’un substitut. Il la voulait, elle, pas une autre.

Rapidement, il réalisait qu’il allait avoir besoin d’aide pour la retrouver. Elle voulait le fuir ? À part le protectorat, elle ne pouvait aller nul part ailleurs. Et pour aller au protectorat, il n’y a pas trente six routes. Et il avait, sur place ou tout proche, un allié de choix. Il n'hésita donc pas plus. Il voulait un service. Alors il prit la peine de laisser son territoire seul le temps de faire l’aller retour en avion, soit deux nuits et une journée. Ils discutèrent un moment, il lui demanda. Et si il ne sembla pas comprendre son attachement à son Sire, il acceptait néanmoins de l’aider à retrouver son humaine. Conrad laissa sur place une demi douzaines d’hommes et rentra chez lui, non sans avoir demandé à ce qu’elle lui soit envoyée vivante, entière, pas trop amochée que ce soit physiquement ou mentalement. Il l’a voulait capable de supporter le voyage jusqu'à lui et supporter ce qu’il pourrait vouloir lui faire à ce moment là.  Pour le reste… Il lui laisse six hommes et carte blanche. Il sait qu’il n’ira pas trop loin et qu’il fera ce qu’il faut. Et puis, il a bien plus l’habitude de chasser une humaine que lui, il est bien forcé de le reconnaître puisqu’il est un peu plus âgé que son père.

Après cela il est retourné sur ses terres. Quelques mois passèrent. Cela va faire six mois. Six mois qu’il attend le retour de la petite humaine. Cette mauvaise herbe venue envahir sa vie. Il n'a qu’une hâte, la revoir et il s’impatiente un peu plus chaque jour, alors que ses cultures continuent de croître à côté de cela.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Admin
L'Ange Noir
avatar
Date d'inscription : 20/01/2014
Messages : 4017
Célébrité : Aucune

Feuille de personnage
En Quelques Mots:
Liens & Affinités:
STATUT RP: DISPONIBLE
MessageSujet: Re: Conrad Ortega Ven 2 Nov 2018 - 9:09



Tu es validé !

Bienvenue parmi nous !


Ta fiche de personnage se trouve désormais dans la section des validés ICI. Tu pourras poster ta fiche de liens et de suivis à la suite. Si tu n'as pas d'idées sur comment faire une fiche de liens ou/et de RPs, tu trouveras des modèles ICI et . En cas de soucis avec le codage, n'hésites pas à contacter un membre du staff qui t'aidera Smile

Tu peux faire une demande de RP dans ce coin.

Le forum c'est du RP mais aussi de la détente, la zone de flood est pour ça. N'hésites pas à venir faire des jeux et flooder de tout et de rien avec les autres VKiens. La CB est aussi là pour se détendre, n'hésites pas aller te connecter à l'occasion.

En cas de soucis, n'hésites pas à contacter le staff ou à poser tes questions dans la FAQ.


code (c) crackle bones


_________________

Votons   votons   Votons   votons   Votons
Revenir en haut Aller en bas
Nicu Räzvan
avatar
Date d'inscription : 24/04/2018
Messages : 49
Célébrité : Tom Ellis

Feuille de personnage
En Quelques Mots:
Liens & Affinités:
STATUT RP: NEGOCIABLE
MessageSujet: Re: Conrad Ortega Ven 2 Nov 2018 - 10:26
Bienvenu à vous, cher congénère... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Conrad Ortega
Revenir en haut Aller en bas

Conrad Ortega

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Why "Lord" Conrad Black Proposes Anglo-Saxon Takeover of Haiti - again
» Conrad Omble - Sénéchal du Nord
» Ah ! Ca fait du bien de boire un coup ! [pv : Eliwen]
» haley smith
» ❝ Trying to tell you stop, but your lipstick got me so out of breath ❞ Azure & Conrad.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
VAMPIRES' KINGDOM :: Les Portes de la Nuit :: Le Sanctuaire des Héros :: Présentation-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet