VAMPIRES' KINGDOM
Bienvenue sur Vampire's Kindgom.

Nous vous invitons à lire le contexte et vous informons de la répartition des personnages sur le forum :

Vampires : 24
Esclaves : 21
Résidents : 2
Affranchis : 5
Dévots : 10


Vous avez les cartes en main pour faire le personnage de votre choix.

A bientôt.


.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexionPortail

Partagez

Entre l'Enfer et le Paradis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Thalya Cruz
avatar
Date d'inscription : 21/07/2018
Messages : 32
Célébrité : Gabriela Rabelo
MessageSujet: Re: Entre l'Enfer et le Paradis Sam 17 Nov 2018 - 2:22
Ses mains me font gemir. De plus en plus, je perd le fil de mes pensées. Je n’arrive plus à réfléchir ou analyser la situation. Je découvre tout un nouveau monde grâce a lui. Jusqu’à le supplier. Sans trop savoir ce qui va se passer maintenant. Même si j’en ai une vague idée… mais cela reste une idée, rien de précis, rien de sûr… Car après tout, cela reste ma première fois. Il arrête et m'écarte les cuisses. Je me laisse faire, totalement sous son emprise. On dit que la première fois fait mal. Mais j’ai confiance en lui. Completement. Je le sent contre moi et je n’ai pas le temps de réfléchir que je le sent plonger en moi, venir se nicher au creu de ma féminité. Cela m’arrache un cri de douleur, et par réflexe je cherche à fermer les cuisses, mais il m’en empêche et puis c’est bien vite étouffé par un petit couinement alors que je le sent mordiller mon oreille. Cela me fait frissonner. Ses mains sur mes cuisses aussi me font frissonner. Et oublier la douleur qui m’a traverser, alors qu’il se retirait, pour mieux replonger ensuite, ce qui m’arrache un gémissement de plaisir, mélanger a un peu de douleur encore. Mais chaque nouveau coup fait doucement passer cette douleur. Chaque nouveau mouvement me tire un peu plus hors de la douleur et me plonge un peu plus dans le plaisir. Je perd le compte. Je perd le fil du temps. Cinq minutes? Dix minutes? Ou plus peut être… Je ne sais pas. Je n’en ai aucunes idées. La douceur de ses mains… La force de ses coups de hanches… Tout cela me fait perdre complètement pied. Je ne contrôle même pas les gémissements qui m’échappent de plus en plus.

Sans comprendre comment ni pourquoi, je me retrouve complètement submerger par le plaisir. J’y cède sans hésiter dans un petit cri étranglé de plaisir. Je le sent tirer sur mes pointes et cela m’arrache un souffle mélangeant douleur et plaisir. JE suis le mouvement qu’il m’impose et passe mes bras autour de son cou. Encore sous le coup du plaisir, je ne suis pas tout. Tout se que je sait, c’est que je me retrouve sur le lit. Je le sent glisser au fond de ma féminité une fois encore, et cela m’arrache un nouveau gémissement de plaisir et je ferme les yeux. Je l’entend venir me murmurer a l’oreille. Je l’entend me dire qu’il est fière de moi. Qu’il me trouve magnifique. Cela me fait rougir de plaisir et j’ouvre a nouveau les yeux pour le regarder et écouter, tout en tremblant légèrement. Je ne sais pas si je vais y arriver. MAis je vais faire de mon mieu. Dans un murmure, la voix un peu rauque, je lui répond simplement “Oui Maître

Une petite claque sur les fesses me fait sursauter et gémir faiblement. Bien que peu douloureuse, elle m’a surtout surprise. Aussitôt je relève les hanches comme il me l’a demander.et je le sent recommencer ses mouvements. Je me remet a gémir. Rendu sensible par la première vague de plaisir qui m’a submergé, je plonge rapidement dans le plaisir à nouveau. Ses mains qui parcourent mon corps me font tout autant trembler de plaisir. Que se soit pour une caresse ou pour une tape, ses mains me font frissonner, gémir et parfois couiner de surprise ou d’une douleur passagère et légère. Je me met a trembler de plus en plus.

Il m’a demandé d’attendre. Alors j’obeit. Mais… C’est dur. Je fais comme je peux. Mais je suis pas sûr de tenir plus. Déjà à fleur de peau, je grimpe rapidement dans le plaisir. Instinctivement je cherche à m’agiter, comme pour venir plus près de lui encore, comme pour approfondir encore un peu plus les mouvements. Mais… Il me retient. Il m'empêche de bouger et cela me fait gemir de plus belle. Il est bien plus fort que moi et n’a donc aucun problème a me tenir. Mais cela ne m'empêche pas d’essayer.

Alors que le plaisir monte, je sent mon coeur qui bat de plus en plus. En même temps que le plaisir, envahit non seulement mon ventre, mais aussi mes veines. Haletante je me tortille de plus belle et je fini par souffler faiblement, me devinant au point de rupture, sans savoir combien de temps il m’a fallut pour y arriver Maîîîître…. Je vous en prie….
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mikhaïl Dragovir
avatar
Date d'inscription : 21/07/2018
Messages : 60
Célébrité : Tom Hiddleston

Feuille de personnage
En Quelques Mots:
Liens & Affinités:
STATUT RP: DISPONIBLE
MessageSujet: Re: Entre l'Enfer et le Paradis Sam 17 Nov 2018 - 10:34
Mikhaïl s'amusait d'elle, probablement à ses dépens, la pauvre était tellement exposée aux idées lubriques du vampire, il aurait pu lui faire presque n'importe quoi, mais c'était sa première fois, il n'allait pas la briser, y aller trop fort et risquer qu'elle prenne peur à l'avenir. Non, il allait parfaire son éducation en se servant de l'innocence de la belle petite et il n'allait pas la manquer.

La belle Thalya était des plus dociles, il la tirait légèrement en avant en l'entraînant avec ses tétons et elle suivait sans broncher. Tout cela alors qu'il y a quelques secondes la belle jeune femme avait été submergé par un plaisir encore trop peu connu. Un souffle, quelques gémissements et la voilà allongée sur le ventre. C'était dans cette position qu'il commençait un nouveau supplice, l'inverse du précédent, si avant elle avait dû se retenir aussi longtemps que possible alors qu'il lui donnait tout ce dont elle avait besoin pour hurler à la lune. Cette fois il y allait plus lentement, plus doucement, plus de tendresse dans ses gestes, dans sa façon de faire, tout était devenu bien plus lent et la différence ne manquait pas de frapper la jeune nouvellement femme. Il lui murmurait quelques mots doux et elle lui répondait dans un même murmure qu'elle acceptait, bien sûr qu'elle acceptait, cela ne lui était même pas venu à l'esprit qu'elle puisse refuser. Les claques eurent l'effet escompté, cela la faisait réagir comme il fallait, la maintenait en alerte, il ne fallait pas qu'elle se laisse aller au limbe et à la faciliter.

Lentement, il la sentait de plus en plus fébrile, sa résistance avait déjà bien été entamé par le premier orgasme, elle tremblait et de plus en plus. Ses mains la faisaient frémir et il n'osait même pas s'imaginer ce qu'elle devait ressentir lorsqu'il rentrait en elle. Cependant, il était doux, il était lent, il y allait à un rythme qui tranchait avec celui qu'il avait eu plus tôt et il remarquait bien que cela n'était pas sans effet. Au fil des coups de bassin, il la sentait commencer à tenter d'elle-même à se donner à lui, elle tentait de reculer, de donner de petits mouvements subtils pour en recevoir plus. Il était en train de l'affamer, de la rendre fiévreuse de désir. Bientôt elle laissait tomber toute subtilité et y allait franchement, tentant autant que possible d'en recevoir davantage, mais non, cela ne marcherait pas, pas du tout et il n'aurait aucune pitié pour elle. Contrairement à ce qu'elle avait dû croire, il ne lui avait pas fallu si longtemps pour atteindre le point de rupture, son corps était maintenu en constante activité depuis qu'ils avaient commencé. Il ne laissait pas non plus la température redescendre, pas du tout et cela ajouté à son premier orgasme l'avait rendu sensible, elle ne réalisait pas, mais s'il y était allé plus fort elle n'aurait certainement pas pris autant de plaisir qu'à présent. Lorsqu'elle se sentait craquer, qu'elle perdait lentement ses repères, ses moyens, il l'entendait réclamer sa bienveillance, mais il n'en fit rien du tout et continuait tranquillement sa besogne. Pire, il commençait à ralentir, il la sentait sur la corde raide et un peu comme avec le bébé à qui on apprenait à marcher, il reculait, augmentait le chemin qui restait à parcourir. D'une certaine façon, elle était comme un bébé, il fallait tout lui apprendre, lui faire découvrir tout du monde et il s'amusait à la voir déchanter.

Finalement, quelques petites minutes après qu'elle l'avait suppliée, il décida de lui donner ce qu'elle voulait, mais il lui faudrait le chercher comme une grande, cette idée le faisait largement sourire alors qu'il l'enlaçait tendrement au niveau de la taille avant de la tirer vers lui. Dans le prolongement du mouvement, Thalya s'était retrouvé à genoux et lui en dessous d'elle. Il sentait sa cyprine couler lentement sur ses cuisses maintenant qu'elle le dominait en hauteur et il lui murmurait :

- Retournes-toi ma colombe.

Bien qu'un peu chamboulé par ce qu'il venait de faire, il ne doutait pas qu'elle le ferait et il ajoutait pour la motiver à bouger :

- Je te laisse chercher ce que tu désires, donnes-toi autant que tu le souhaites, mais avant cela, embrasse-moi.

Il voulait ses lèvres, il voulait la voir ainsi allongé et admirer sa façon de bouger sur lui afin d'obtenir cette libération qu'elle savait à présent comment obtenir. Ses mains glissèrent sur les hanches de l'humaine, remontant jusqu'à ses fesses pour le plaisir de les sentir se contracter à chaque mouvement. S'il la sentait faiblir, il lui donnerait une petite tape sur les fesses pour la réveiller, il savait qu'elle aimait cela, bien plus qu'elle ne voudrait l'admettre et cela faisait son charme dirait-il. Lorsqu'elle attendrait le sommet, qu'elle gémirait de plus belle à en voir les étoiles tournoyer autour d'elle, là il se redresserait pour l'embrasser tendrement, sans être brusque, il ne voulait pas l'empêcher de profiter tranquillement de ce bref moment de répit. Mikhaïl n'avait pas atteint le bout, il n'était pas facile à satisfaire et elle pouvait se vanter de l'avoir amené une première fois assez rapidement, bien qu'il faisait en sorte de lui faciliter la tâche. Il avait fini par se décoller d'elle et par la même occasion libérer un peu son intimité de sa présence envahissante. Elle n'y voyait toujours encore rien, il lui retirait alors enfin le tissu de sur ses yeux et passait sa main sur sa joue avant de se relever. Il quittait donc le lit, la laissant là, il n'avait pas terminé, mais avait envie d'un verre et cela donnerait le temps à la petite de se mettre en position. Il lui annonçait, alors qu'il se dirigeait vers un minibar, sur un ton autoritaire :

- Viens te mettre à genoux devant le lit et attend moi sagement, les mains dans le dos, bien droite... Et la bouche ouverte.

Il avait hésité, mais finalement opté pour la bouche ouverte, il ne doutait pas non plus cette fois qu'elle se mette en place bien sagement. Il se servait un verre de cognac et s'approchait à nouveau lentement d'elle, son regard dure était légèrement brillant et ne la quittait pas. Il s'arrêtait face à elle, la hauteur était presque parfaite pour elle si elle désirait embrasser sa virilité, mais il lui tendait le verre et attendait quelques-instants durant lequel elle pourrait hocher la tête où lui faire un signe montrant qu'elle en voulait une gorgée. Sinon, il retirera le verre et lui présentera sa virilité à la place avec un léger sourire tentateur avant de lui-même boire une gorgée. En fonction de son talent, il ne lui faudrait pas forcément bien longtemps pour qu'il commence à s'agiter, il lui donnait l'occasion d'avoir un ascendant sur lui et se demandait si elle allait en profiter ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Thalya Cruz
avatar
Date d'inscription : 21/07/2018
Messages : 32
Célébrité : Gabriela Rabelo
MessageSujet: Re: Entre l'Enfer et le Paradis Mar 27 Nov 2018 - 1:13
Je tremble. De plus en plus je me sent trembler, parcouru par le plaisir et l’envie. L’envie de plus. Toujours plus. Je suis incapable de contrôler mon corps alors qu’il cherche a venir à sa rencontre de plus en plus. Mais il ne me laisse pas faire, je le sent bien. Pourtant je suis incapable de me contrôler. De m’en empecher. Je continue d’essayer en gémissant faiblement à chaque coup de reins qu’il peut me donner. Sans savoir combien de temps cela me prend, je fini par la supplier. Je n’en peu plus. Vraiment plus. Pourtant, même si il semble avoir entendu… Il ne peut pas ne pas avoir entendu… Mais il ne fait rien. Il continue. Pendant un moment qui me semble durer une éternité. Une éternité pour devenir folle. Pourtant… Pourtant le sablier ne laisse s'écouler que quelques minutes.

Finalement, sans que je comprenne trop comment, le mouvement devient différent. Je le sent qui m’enlace et me redresser a genoux. Lui même s’allonge. Je le devine plus que je ne le vois. Il me parle et, à travers le brouillard qui a envahit mon esprit, je comprend qu’il veut que je me retourne, se que je fait aussitôt en frissonnant faiblement. Il me laisse prendre se que je veux. Je ne retient que cela. Et que je doit l’embrasser. Ce que je ne me prive pas de faire. Dès que je me suis retourner, je pose mes mains encore lier sur son torse. À taton je remonte, cherchant son visage puis quand je l’ai trouvé, je pose mes mains sur ses joues en un point de repère puis me penche en avant. J’écrase ma poitrine contre son torse et mes lèvres contre les siennes. Bien que maladroite, je n’hésite pas une seconde et je l’embrasse avec toute ma passion et mon désir… Tout mon amour pour lui.

Sans m’en rendre compte immédiatement, mes hanches se mettent à danser sur lui. Je suis encore allonger sur lui, de tout mon poids, et mes hanches se mettent a onduler sur lui. Je couine faiblement de plaisir et lorsque je m’en rend compte, mon mouvement s’approfondit. Et je fini par perdre complètement pied. Je ne contrôle plus vraiment mon corps qui agit seul, jusqu’à avoir cette délivrance une seconde fois. Ce plaisir qui m'envahit et m’arrache un cri alors que tout mes muscle se contractent au dessus de lui, autour de lui… À cet instant plus rien ne compte que lui, et ce point qui unit nos deux corps et déclenche des vague de plaisir dans tout mon corps.

Je le sent se redresser et m’embrasser. Mais tout cela me parvient comme à travers un brouillard encore. Je suis encore engluer dans le plaisir. Et incapable de réagir pendant plusieurs minutes. Jusqu’à le sentir se retirer et s’éloigner de moi. À cet instant, je me remet à trembler, mais de froid. J’ai, pendant quelques secondes, l’impression de le sentir s’éloigner, comme si j’avais fait une bêtise. Mais il n’en ai rien. Je le sent retirer mon bandeau et je cligne des yeux à plusieurs reprise. Il faut quelques langue seconde pour que ma vue s’y face, mais la caresse sur ma joue entre temps me rassure. Un sourire timide au bord des lèvres, je l’écoute me demander de descendre du lit et de m’agenouiller.

J'obéis aussitôt. Je glisse du lit et m’agenouille au sol. Cela dit, je tique un peu. Je regarde mes mains une seconde, encore menotté devant moi. Puis je le regarde. Mais il me tourne le dos, occupé a remplir un verre. Je ne sais pas quoi faire. Et je n’ose pas l'interpeller pour le lui. J’hésite, mais je sais que je n’ai pas beaucoup de temps. Alors, ne voyant pas d’autre solution de toute façon, je me redresse. À genoux, bien droite, je prend le risque de ne rien dire et de juste poser mes mains a plat sur mes genoux. Je ne peux rien faire d’autre de toute façon. J’ouvre la bouche. Il ne me reste que sa a faire. Ca… et attendre qu’il revienne. Ce qui ne tarde pas à se passer

Il s'arrête en face de moi et je le suit du regard simplement. Je le vois me tendre le verre. Je l’observe une seconde mais à l’odeur, qui me pique un peu le nez, je devine que c’est de l’alcool, alors je secoue négativement la tête. Je ne suis pas fan de ce genre de boisson. Cela m’arrive de boire, lors d'événement particulier, mais en dehors de ca… En plus, ce genre d’alcool un peu “fort” à tendance a me rendre malade… Et c’est pas vraiment le moment. Sans un mot, il retire le verre. Il n'insiste pas plus et se positionne pour que son membre se retrouve sous mes yeux. Je rougis legerement. Je n’en ai jamais vu de si proche. Cependant, si j’hésite quelques secondes, je fini par comprendre ce qu’il peut me demander ainsi. Je suis peut être vierge, mais il m’est arrivé, bien malgré moi, de croiser des femmes avec des hommes au coin d’une rue… Je vous passe les détails…

Timidement, je viens poser mes lèvres dessus. Je ne sais pas trop comment m’y prendre. Même si j’ai des images en tête avec ce que j’ai pu voir, ce ne sont que des fragments. Et je n’ai jamais fait cela. C’est donc avec beaucoup d’hésitation dans la façon de faire, que je pose mes lèvres sur lui, puis autour de lui, l’enveloppant délicatement. Il ne faut pas être idiote pour comprendre que je doit faire attention à mes dents. Je recule et le relâche. Je me lèche les lèvres nerveusement et lui jette un coup d’oeil nerveux. Je ne sais pas si je fais les choses bien. Mais je me dit que si je devais me tromper a un moment…. Il m'arrêterait… ou me corrigeait… Enfin… J'espère… Je fini par revenir, l’entourant a nouveau de mes lèvres et commençant de timide mouvement de va et vient dessus. ET je continue, tant qu'il ne me fait pas changer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mikhaïl Dragovir
avatar
Date d'inscription : 21/07/2018
Messages : 60
Célébrité : Tom Hiddleston

Feuille de personnage
En Quelques Mots:
Liens & Affinités:
STATUT RP: DISPONIBLE
MessageSujet: Re: Entre l'Enfer et le Paradis Jeu 6 Déc 2018 - 3:17
C'était une évidence, lorsqu'il arrivait, il avait été ravageur et la jeune humaine sombra presque dans un état semi-comateux. L'observer ainsi étalé sur le lit le confortait dans sa conclusion, elle ne tiendrait plus très longtemps, physiquement son corps n'en pouvait plus et lui faisait comprendre. Sa sensibilité devait être à son paroxysme, il n'en faudrait pas beaucoup pour la forcer au sommeil et cette perspective le forçait à s'amuser d'une autre façon s'il voulait encore une fois jouir d'elle. Tout naturellement la petite Thalya suivait ses ordres à la lettre, à ceci près qu'elle n'avait pas placé ses mains dans son dos, mais effectivement, il avait un peu oublié les menottes et c'était concentré uniquement sur ses yeux.

Alors qu'il revenait à elle un verre à la main, il n'avait pas du tout été étonné par son manque d'intérêt envers l'alcool et ceci était une bonne chose. Les femmes qui ne buvaient pas étaient toujours plus facile à gérer, enfin, ce n'était là qu'un avis qu'il partageait. Même ravager sa colombe demeurait magnifique, son petit oiseau tombé du nid et qui avait pourtant réussi à voler pour y retourner. Sage enfant et Sage jeune femme. Cependant, en fin de compte, c'était tout de même lui qui en avait fait une vraie femme, plus précisément cette nuit. Elle était loin d'être idiote, un instant avait été suffisant pour la faire réagir et accepter sa virilité entre ses lèvres. Bien entendu, il ne s'était pas fait prier et en avait de suite profitée. La petite se contentait de petits mouvements timides, craignant de mal faire, voulant lui laisser l'opportunité de la repousser au cas où, mais il n'en fit rien, il la laissait gérer pour l'instant à sa façon à elle. Elle ne se débrouillait pas si mal après tout, le principe elle le connaissait, mais un petit passage entre les mains de Lune pouvait lui être utile pour qu'elle apprenne quelques astuces bien à elle. Mik ne restait pas longtemps sur cette pensée, ce n'était pas vraiment son genre de penser à une autre femme alors que sa verge était en train de subir un délicieux massage. Tout naturellement sa main glissait sur sa joue soigneusement et commençait à les caresser.

Mikhaïl se montrait des plus tendres, chose qui devait un peu la surprendre vue ce qu'elle avait déjà subi cette nuit, mais il s'était accordé un instant de détente tout à fait légitime. De plus, le vampire était presque certain qu'elle y trouvait un certain plaisir, celui de faire du bien, de le procurer, cette légère sensation de puissance typique de ses moments là. Enfin, c'était ce qu'il se disait, mais il était à l'écoute du corps de l'humaine, qu'est-ce qu'elle aimait et appréciait ? Il en avait déjà vu beaucoup, mais pas assez, son esprit vagabondait, cherchant comment la faire fondre, comment l'achever et finalement une image vint à son esprit. Il aimait ce qui était passé à travers de son esprit et décidait de lui donner forme. Après avoir laissé l'humaine faire monter son plaisir, une façon à lui de s'assurer qu'elle tiendrait aussi longtemps que lui, chose qui n'était pas vraiment aisée. Il reculait d'un pas et se baissa pour retirer les menottes qu'elle avait aux poignets. Il profitait d'être à sa hauteur pour l'embrasser doucement, tranquillement, cherchant à sa façon de l'apaiser avant de revenir en force. Ses mains glissèrent sur le corps chaud, caressant avec une lenteur extrême, mais tellement certain qu'elle en appréciait le geste.

Finalement, il se releva et emportait la petite avec lui dans ses bras. Il la collait contre son torse, enfin elle pouvait le voir, ses mains libres pouvaient aller et venir sur son corps sans lien pour l'y empêcher. Tout en la portant ainsi, il se dirigeait vers le mur derrière le lit, son verre étant resté au sol après qu'il l'est embrassé, il pouvait jouir de ses deux mains lui-aussi et ne s'en privait pas pour la tenir fermement par les fesses. À peine fut-elle contre le mur qu'il faisait en sorte que sa verge glisse entre ses lèvres intimes, il y allait lentement, sachant déjà parfaitement à quel point cette troisième fois sera intense pour elle et il préférait qu'elle est le temps de le comprendre en y allant doucement au début. Mais le vampire était échauffé, son désir si intense était visible dans ses yeux brillants sous le faible éclairage et à peine une petite minute passée qu'il se laissa emporter par la tentation. Elle était à lui, elle le voulait, elle voulait tout lui donner, tout ce qu'elle avait sans rien en retour que son approbation, une enfant ayant trouvé une cause plus grande, un but, satisfaire son Dieu. En tout bon Dieu il ne se priva pas, elle s'en aurait de toute façon voulue s'il n'y était pas allé franchement comme il le désirait. Ses mouvements devenant plus franc, plus rapide, il en oubliait qu'elle était vierge il n'y a pas si longtemps, mais elle ne l'était plus, elle était une femme à présent et il la prenait contre le mur comme telle. Le pieu glacé la transperçait sans se retenir, cette ultime fois sera la sienne et elle allait la sentir passer.

Certes, la douleur n'était pas ce qu'il cherchait, mais celle-ci serait présente quoi qu'il fasse, sa chair sensibilisée par ses précédents assauts ne lui pardonnerait pas un nouveau passage. Cependant, malgré cela, il savait pertinemment qu'elle allait jouir et que cela serait certainement intense, si intense qu'elle sombrerait peut-être même dans l'inconscience. Ses yeux ne la quitteront pas, du début à la fin il n'aura d'yeux que pour elle et par moments ses lèvres viendront quérir les siennes avec volupté. En fin de compte, il se laisserait à nouveau aller au plaisir en elle, il ne pouvait de toute façon pas avoir d'enfant, alors il était bien inutile de vouloir s'en priver.
Revenir en haut Aller en bas
Thalya Cruz
avatar
Date d'inscription : 21/07/2018
Messages : 32
Célébrité : Gabriela Rabelo
MessageSujet: Re: Entre l'Enfer et le Paradis Dim 9 Déc 2018 - 3:31
Je refuse le verre d’alcool. Je n’apprecie pas particulierement cela et ce n’est pas vraiment le moment pour moi de me retrouver ivre ou malade. Il ne me faut pas longtemps pour comprendre ce qu’il veut ensuite et aussitôt je me met à l’ouvrage. Je fait de mon mieux. Mais je reste hésitante. Après tout, c’est la première fois que je fait cela. Donc je reste timide et prête a être repoussée si quelque chose ne convient pas. Pourtant il n’en fit rien. Il se contente de me laisser faire. Alors je continue en faisant de mon mieu à chaque mouvement. Jusqu’à sentir sa main venir caresser ma joue. Intriguée, je me fige et lève les yeux pour le regarder. Je ne comprend pas ce qu’il veut. Mais il ne fait rien de plus. Alors je reprend mon mouvement de va et vient, profitant de la caresse. Instinctivement, ma tête se penche légèrement, ma joue se pressant contre sa main, venant à la rencontre des caresses sans même que je ne m’en rende compte.

Apres un moment, il finit par reculer, m'arrache sa verge des lèvres. Instinctivement, je cherche à suivre, avant de me fige sur place lorsque je m’en rend compte. Mon mouvement n'a durée qu’une seconde à peine, mais nul doute qu’il l'aperçut. Il ne semble pas m’en vouloir cela dit car il se baisse et ôte les menottes qui entravent mes poignets. Le baisser qu’il me donne, je ne me fait pas prier pour le lui rendre. Encore plus en sentant ses mains froide sur ma peau chaude. Je me cambre légèrement, venant à sa rencontre, frissonnant et appréciant les caresses.

Lorsqu’il se relève, il m’emporte avec lui. Il me porte, assez facilement et mes doigts ne peuvent pas s'empêcher de parcourir son torse en caresse un peu curieuse. Je ne me soucis pas vraiment d'où il me mène, occuper à découvrir son torse du bout des doigts, alors que mes jambes s’enroule autour de ses hanches, plus pour ne pas le gêner. Je sais qu’il me tien et j’ai une confiance total en lui, alors je ne m’agrippe pas à lui. Ses mains me font frissonner. Le mur froid dans mon dos me fait frissonner. Et le sentir d’introduir en moi… Cela m’arrache un gémissement et cette fois je m’accroche à ses épaules. Si il est lent au début, rapidement il perd ce… contrôle qu’il pouvait avoir. Ce dont je ne me plaint pas. Bien au contraire. Mes gemissements de plaisir redoublent alors qu’il devient un peu plus… rapide… brut…  Je me cambre contre lui sans être capable de garder le silence, oscillant entre gémissements et petits cris de plaisir.

Je lui rend chacun des baiser qu’il me donne. J’ai plaisir à le sentir, malgré quelques douleur omniprésente. Même si j’ai mal… Sur le coup cela ne me dérange pas. Ma seule pensée est que je me doit de le satisfaire. Et avec le peu d'expérience que j’ai, je ne peux comparer. Il est donc tout à fait normale pour moi de lui faire confiance, même si j’ai un peu mal…

Rapidement le plaisir m'envahit de plus en plus. Je perd pied de plus en plus également. Je sent mes paupières se fermer et je lutte.  Je lutte pour rester avec lui. Je lutte pour continuer à le regarder. Mais lorsque le plaisir m’emporte à nouveau, je suis incapable de lutter. Et l’inconscience me cueille presque aussitôt. Je la sent venir et je m’entend murmurer un “pardon” sans savoir si je l’ai vraiment dit ou non, avant de retomber dans ses bras, inconsciente, pas beaucoup plus vivante qu’une simple poupée de chiffons.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entre l'Enfer et le Paradis
Revenir en haut Aller en bas

Entre l'Enfer et le Paradis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Terrae: Portail de l'Enfer ou du Paradis?
» Je te promets l'enfer et le paradis. [Sucre][olé][temps actuel: F.l.u.f.f.y.]
» BANSHEE ▲ « On ira tous au paradis foutre l’enfer. »
» Tome 3 : Je suis l'enfer; Episode 4 : Un confortable mensonge (Gabriel)
» Eden Inferno, entre Paradis et Enfer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VAMPIRES' KINGDOM :: Domaine Dragovir-